Lors d’une exposition au soleil, les rayons ultraviolets envoient de fines particules appelées photons qui vont percuter les électrons contenus dans les molécules d’oxygène de notre peau. Les photons vont stimuler les électrons, les énergétiser en quelque sorte, ce qui va entraîner un changement de niveau des électrons. Ils vont monter d’un niveau par rapport à leur orbite habituelle autour du noyau de l’atome. On dit alors que l’atome est « singulé ».

Puis plus tard, en général dans la soirée, lorsque la personne arrête son exposition au soleil, les électrons redescendent pour reprendre leur place antérieure. Ils libèrent alors l’énergie emmagasinée lors de l’exposition solaire, produisant ainsi une  forte chaleur au niveau de la peau. C’est elle qui est la source de l’irritation de la peau. Et si l’exposition solaire a été prolongée, il y a libération de beaucoup de chaleur ce qui produit un « coup de soleil ».

adn1

Mais en plus, si les expositions au soleil sont fréquentes, elles induiront une inflammation chronique de la peau. Cette inflammation provoquera un renouvellement plus rapide des cellules ce qui favorisera d’abord un vieillissement accéléré de la peau, mais ensuite des risques augmentés d’erreurs lors des divisions cellulaires induisant ainsi la formation de  cancers cutanés. Il a aussi été prouvé que les coups de soleil chez les enfants favorisent la survenue de cancers de la peau à l’âge adulte.

Pour prévenir le risque de coup de soleil, il est souhaitable d’éviter les expositions prolongées surtout au départ, lorsque la peau n’est pas préparée. Mais aussi il faut se protéger des rayonnements à l’aide de parasols, de vêtements amples, de chapeau, de lunettes de soleil ainsi que de crèmes solaires.
 
 Cependant, les lunettes de soleil peuvent poser des problèmes (se référer à l’article sur le sujet sur le site), ainsi que les crèmes solaires pour des raisons différentes. En effet, il semblerait que certaines crèmes n’ont pas les vertus qu’elles prétendent… ce qui risque d’induire des coups de soleil chez les utilisateurs se croyant faussement protégés. De plus, d’autres crèmes contiendraient des dérivés hormonaux (de type œstrogène) ce qui poserait des problèmes lors de leur usage répété, chez les femmes en risquant d’induire des cancers de sein ou d’ovaire, et chez l’homme en risquant d’induire des baisses de leur fertilité.

La prudence est donc de mise avec le soleil. Il est conseillé de bien lire les étiquettes et de prendre des crèmes conçues essentiellement avec des produits naturels.

Dr Luc Bodin