Docteur Luc BODIN

Une substance inductrice enzymatique stimule certains enzymes du foie qui assurent l’élimination des déchets de l’organisme. 

En d’autres termes, si une personne consomme une substance inductrice enzymatique, la fonction d’élimination du foie s’en trouve du même coup accélérée et donc les médicaments absorbés conjointement seront plus rapidement dégradés et seront ainsi beaucoup moins efficaces.

Cette situation peut être très grave si la personne suit par exemple un traitement antidiabétique ou anticoagulant ou encore pour régulariser son rythme cardiaque. Il faudra alors en augmenter les doses de ces remèdes si on désire en maintenir l’efficacité. Mais cela n’est pas toujours possible comme c’est le cas pour les contraceptifs oraux(pilule) qui seront alors inefficaces avec le risque de grossesse que cela peut occasionner.

Fotolia_70680097_Subscription_XL

Ce risque d’induction enzymatique, lorsqu’il est présent, est indiqué dans la rubrique des « interactions médicamenteuses » de la notice du médicament.

Les principaux médicaments inducteurs enzymatiques sont les anti-épileptiques (anti-convulsivants), certains traitements anti-tuberculeux et antifongiques (contre les champignons). Mais d’autres substances peuvent avoir également cette action inductrice comme la plante Millepertuis, le tabac et l’alcool.

Inversement, il existe des substances capables de ralentir l’induction enzymatique, diminuant l’élimination des médicaments et entraînant du même coup, de possibles surdosages. C’est le cas du pamplemousse.

Cependant rassurez-vous : ce n’est que l’usage répété de ce merveilleux fruit qui aura cet effet ralentisseur sur les enzymes hépatiques.

Luc BODIN