Chaque enfant absorberait en moyenne 128 résidus chimiques dont plus de la moitié sont suspectés d’être cancérigènes ou perturbateurs hormonaux. C’est ce qu’a conclu une étude menée par l’Association Générations Futures. Pour cela, il a été étudié le contenu des trois repas et de l’en-cas consommés quotidiennement par les enfants en suivant les recommandations du Ministère de la santé. Les aliments ont été achetés dans diverses grandes surfaces de la région parisienne. Les chercheurs de l’étude y ont recherché les dioxines, les métaux lourds, les plastifiants, les additifs et autres polluants.
Le résultat est que les produits chimiques se retrouvent partout depuis les fruits à l’eau, jusqu’au beurre et à l’assiette plastique chauffée au micro-onde. « Nous ne nous attendions pas à une telle addition, c’est un cocktail explosif ! » affirme François Veillerette de Générations Futures.
Le problème se situe au niveau de l’accumulation des polluants. Car, prises individuellement, les limites légales étaient respectées pour chaque aliment. Mais c’est leur addition au cours d’un même repas qui en fait un cocktail toxique.
L’association appelle donc à des mesures individuelles (manger bio, à bien peler les fruits…) mais surtout à une interdiction des pesticides, des additifs et autres substances possiblement cancérigènes… dans l’alimentation et dans l’environnement.
Luc BODIN