Docteur Luc BODIN

Les gastro-entérites (GE) sévissent maintenant tout au long de l’année, avec quelques pics plus importants lors des épidémies nationales.  Or, cela n’était pas le cas il y a encore vingt ans. Quelle est l’explication de ce changement ? Pourquoi maintenant les GE sont-elles devenues si fréquentes et récidivantes ?

Il y a plusieurs explications possibles :

Beaucoup de GE sont virales et nécessitent un traitement adapté.  Aussi, la première cause des GE traînantes est que le germe responsable n’a pas été éradiqué ou bien, qu’il a été traité insuffisamment lors de l’épidémie (traitement trop court, posologie insuffisante). Il n’a pas été détruit. Aussi demeure-t-il latent, tapi dans l’intestin. Par la suite, il va se réactiver régulièrement, en induisant régulièrement de nouvelles (petites) GE. La solution pour enrayer cette situation est de prendre un antiseptique intestinal pendant 3 ou 4 jours afin de nettoyer l’intestin du germe indésirable, une bonne fois pour toutes. Le traitement le plus classique est le Nifuroxazide (Ercéfuryl* 200) à raison de 2 gélules matin et soir, mais ce n’est qu’un exemple. L’usage d’huiles essentielles peut être également indiqué.

Fotolia_79345188_Subscription_XXL

La deuxième explication qui suit souvent la première est que la GE ainsi que le traitement antiseptique prodigué contre elle, ont dégradé la flore intestinale. Ce déséquilibre de la flore favorisera de nouvelles GE avec des germes de passage (provenant de l’alimentation). Dans ce cas, il convient de faire une cure de probiotiques pendant deux ou trois mois.

Mais la muqueuse de l’intestin peut aussi avoir été irritée par la GE. Cette situation était peut-être déjà présente précédemment suite au stress, à une alimentation trop acide, à des traitements antibiotiques ou anti-inflammatoires… Il faudra donc d’une part suivre un petit régime qui éliminera temporairement les aliments irritants pour les intestins comme les épices, l’alcool, le café, les crudités, les fruits, les laitages, les graisses cuites… Et en plus de cela, suivre une petite cure d’argile verte qui sera à prendre de préférence le soir au coucher. L’argile tamponnera les intestins pendant la nuit et favorisera la cicatrisation de la muqueuse intestinale. La L-Glutamine et la chlorophylle sont également d’excellente solution.

Une autre source possible est un mauvais fonctionnement de l’estomac, de la vésicule biliaire ou du pancréas. Car si ces organes ne travaillent pas correctement, il y aura obligatoirement des répercussions en aval, sur les intestins. Dans ce cas, il faudra suivre une alimentation légère et pauvre en graisses, en alcool, en œuf et en laitages. Je conseille souvent d’y adjoindre un petit traitement homéopathique fidèle : l’« extrait de foie et pancréas » en trituration homéopathique D8 à prendre à raison d’une dosette (fournie avec le produit) avant les repas du midi et du soir et à laisser fondre dans la bouche.

Mais si malgré tous ces conseils, les troubles persistaient toujours, il conviendrait obligatoirement d’effectuer des explorations : coproculture (recherche de germe dans les selles), coloscopie, échographie du foie et du pancréas, examen des selles et aussi rechercher une intolérance alimentaire au gluten ou lactose par exemple.

Luc BODIN