.

Une tumeur cancéreuse est généralement acide. C’est pourquoi l’idée d’y introduire des alcalins a été proposée, le but étant de susciter soit la réparation de la cellule cancéreuse (normalisation), soit son auto-destruction. C’est ce qui a été tenté en particulier avec la Hight pH therapy.

Dans les sociétés modernes, la plupart des personnes sont en acidose. La cause en revient à l’alimentation industrielle, au stress, à la sédentarité, à la mauvaise respiration, aux médicaments, etc. Les mécanismes de régulation (système tampon des reins et de la respiration en particulier) de l’organisme se trouvent ainsi progressivement débordés. C’est ainsi que les minéraux sont consommés en quantité pour tenter de contrer cette hyperacidose produisant chute de cheveux et décalcification… Ensuite des maladies surviennent suite à  l’encrassement ou aux tentatives d’élimination de cet excès pathologique.

Très souvent, un choc émotionnel déclenche un cancer. Selon sa nature et son ressenti, il va se localiser sur un organe particulier (les vibrations de l’émotion et de l’organe entrant en résonance). Il y bloque la circulation énergétique ce qui va induire une inflammation locale, c’est-à-dire un afflux de sang. Celui-ci apporte avec lui, des toxiques et des acides. Ceux-ci vont alors s’accumuler dans l’organe produisant des mutations responsables de la cancérisation. L’émotion est donc le facteur déclenchant du cancer – il induit aussi la localisation du cancer – mais la cause réelle en revient aux toxiques et aux acides.

Les acides s’accumulant dans la tumeur cancéreuse, l’organisme en réaction va se trouver en alcalose. C’est pourquoi le Professeur Louis-Clause Vincent avait raison en conseillant de toujours rechercher la présence d’un cancer lorsqu’un organisme est en alcalose. Mais dans ce cas, l’alcalose est la conséquence du cancer et non sa cause.

Quoi qu’il en soit, les acides se concentrant dans la tumeur, l’organisme s’en trouve épuré. Ceci n’est pas sans rappeler la pensée de la Dre Catherine Kousmine qui voyait dans le cancer une création de l’organisme destinée à éliminer les excès de toxines qu’il n’était plus capable d’éliminer par les processus normaux. Pour elle, le cancer serait une sorte de super-émonctoire créé par l’organisme lui-même afin de s’épurer.

Ainsi la tumeur cancéreuse présente un pH entre 6,5 et 7 alors que celui d’une cellule normale se situe aux alentours de 7,35.

Mais en plus d’absorber l’acidité de l’organisme, la membrane des cellules cancéreuses ne laisse plus passer le calcium et le magnésium qui permettent normalement l’entrée de l’oxygène. C’est pourquoi la cellule cancéreuse doit vivre en milieu anaérobie (milieu dépourvu d’oxygène) ce qui l’oblige à tirer son énergie du glucose. Cette manière de fabriquer l’ATP (adénosine triphosphate) produit une grande quantité d’acide lactique… aggravant encore l’acidité de la tumeur. C’est cette hyperacidité qui est à l’origine de la plupart des cancérisations.

Pour stopper ce mécanisme, une solution consiste à remonter le pH de la cellule cancéreuse. Pour cela il faut y faire entrer des substances alcalines. Or, il n’est pas compliqué de trouver des alcalins, car l’organisme est alcalose en réaction à l’acidité de la tumeur. Il n’est donc pas utile d’en donner ce qui risquerait au contraire d’aggraver la situation. Il suffit d’inciter les substances alcalines présentes dans l’organisme, à entrer dans la tumeur.

Le physico-chimiste américain Keith Brewer a mis au point un protocole guère connu en France : la Hight pH cancer therapy. Il consiste à utiliser différentes substances dont notamment le caesium et le rubidium qui captent les ions H+(acides) présents dans les cellules cancéreuses, ce qui tend à remonter le pH. Il est important de surveiller et (souvent) de complémenter en potassium. Ce traitement associe aussi des prises de vitamine C, de vitamine E, de sélénium, voire aussi de zinc.

Lorsque le pH de la cellule cancéreuse augmente, son développement cesse. Elle a alors le choix entre la réparation ou la destruction.

Il est possible de rapprocher cette thérapie de celle préconisée par le médecin italien Tulio Simoncini qui affirme que le cancer est dû à un champignon. À mon avis, cette théorie n’est pas étayée. Cependant il est intéressant d’étudier le traitement préconisé par ce médecin. Celui-ci consiste en des injections de bicarbonate de soude dans la tumeur elle-même. Or l’alcalinité du bicarbonate peut très bien neutraliser l’acidose tumorale, ce qui pourrait expliquer les résultats positifs obtenus (aux dires de ce médecin). Ainsi ce serait la remontée du pH et non la destruction d’hypothétiques champignons qui se produirait lors de ce traitement. Quoi qu’il en soit, il est fortement déconseillé d’effectuer des piqures dans une tumeur cancéreuse comme semble le faire le Dr Simoncini, car le risque de disséminer des cellules cancéreuses est grand…

Dr Luc Bodin