.
Il est fréquent de voir les pères ou les grands frères jouer avec le petit dernier en le secouant ou le lançant en l’air. Cette attitude peut avoir des conséquences redoutables pour le bébé. Car à son âge son cou est peu musclé et sa tête est grosse et lourde proportionnellement à sa taille. De plus, son cerveau, qui est mobile dans la boîte crânienne, vient cogner les os du crâne, ce qui risque d’entraîner des lésions cérébrales irréversibles ou des déchirures des vaisseaux sanguins responsables de graves hémorragies.

Le « syndrome du bébé secoué » est responsable de 80 hospitalisations par an en France. Beaucoup de ces enfants resteront handicapés à vie (1 sur deux) et certains mourront (1 sur dix).

Luc BODIN