Après la sophrologie, c’est la méditation qui vient de démontrer qu’elle pouvait réduire la tension artérielle systolique (le premier chiffre) de 4,7 mmHg et la tension artérielle diastolique (le deuxième chiffre), de 3,2 mmHg.
Fotolia_69439699_Subscription_XL
Beaucoup de médicaments anti-hypertenseurs aimeraient s’enorgueillir de tels résultats !
C’est ainsi que le Dr James W. Anderson de l’University of Kentucky College of Medicine conclut son travail en disant : « Ajouter la méditation est presque équivalent à ajouter un autre antihypertenseur sans avoir d’effets secondaires ».
 Luc BODIN