.

La fatigue est le principal symptôme rencontré lors d’un cancer. Environ 78 % des personnes malades s’en plaignent[1]. Elle perturbe la vie quotidienne et rend toute activité laborieuse et pénible. Certains traitements doivent même être arrêtés prématurément à cause d’elle. Ainsi, en cas de cancer, il est préférable de la prévenir plutôt que d’attendre que la fatigue se développe pour réagir.

Fotolia_77633270_Subscription_XL

Les causes de la fatigue :

Au cours d’un cancer, la fatigue est la conséquence de multiples facteurs :

  • D’un point de vue énergétique, le cancer ne se développe que sur des terrains présentant un niveau vibratoire bas. La fatigue serait ainsi un facteur favorisant du cancer.
  • Les traitements (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie) sont tous responsables de survenue de fatigue. Elle survient simplement à des vitesses différentes : dans les suites immédiates d’un acte chirurgical, ou plus progressivement au fil des séances de radiothérapie et de chimiothérapie. Quant aux traitements hormonaux dans le cancer, qui bloquent les hormones (oestrogènes ou testostérone), ils produisent souvent une fatigue tout au long de leur prise.
  • Une mauvaise alimentation, ou une mauvaise digestion liée au cancer ou à ses traitements affaiblit l’organisme pouvant conduire à une dénutrition toujours très péjorative en cas de cancer.
  • Les états dépressifs et les troubles du sommeil très souvent associé au cancer aggravent encore la situation.
  • Après un cancer, il n’est pas rare que les personnes se plaignent de fatigue pendant de longs mois, voire des années. Les raisons en reviennent probablement aux organismes amoindris par la maladie et par les traitements qui ont ainsi perdu une partie de leurs capacités d’autoréparation ; mais aussi du fait de l’accumulation des résidus médicamenteux dans l’organisme.

Ainsi, la fatigue est quasiment inéluctable lors d’un cancer. Le mieux est de la prévenir plutôt que d’attendre qu’lle se développe. Car dans ce cas, il est souvent beaucoup plus long et fastidieux de s’en débarrasser.

Fotolia_69439699_Subscription_XL

Quelques conseils :

Quelques conseils généraux sont déjà importants lors d’une période de fatigue :

  • D’abord se reposer dès que la fatigue se fait sentir.
  • Mais l’inactivité prolongée ayant tendance à aggraver la sensation de fatigue, il est préférable de se mettre au repos physiquement tout en restant actif au point de vue cérébral : lecture, écriture, musique, peinture, petit bricolage…
  • Il est aussi conseillé de faire tout de même, une petite activité physique quotidiennement : marche, tour en vélo… selon ses capacités, et d’y associer de grandes respirations qui apporteront de l’oxygène à l’organisme.
  • Demander de l’aide pour tous les travaux pénibles, les travaux ménagers, les travaux de jardinage… à sa famille, à ses amis, à ses proches… Il y a souvent possibilité d’obtenir une aide ménagère et aussi de se faire livrer les courses.
  • Répartir ses activités sur toute la semaine et ne pas vouloir faire tout le même jour !
  • Il est possible d’effectuer certaines tâches en position assise : cuisine, vaisselle, épluchage, repassage, mais aussi les jeux avec les enfants…

Ensuite de petites dispositions améliorent la vie :

  • Organiser son habitation pour avoir tout au même niveau.
  • Utilisation d’un tabouret lors de la toilette (sous la douche ou devant le lavabo).
  • Se sécher au peignoir plutôt qu’vec une serviette.
  • Surélever le siège des w.c.
  • Rehausser le lit pour faciliter l’entrée et la sortie du lit.
  • S’asseoir pour s’habiller.
  • Prendre une bonne alimentation reconstituante (riche en protéines et en sucres lents) et veiller à toujours bien s’hydrater.

Fotolia_73781720_Subscription_XXL

Des remèdes pourront également aider :

Des nutriments sont souvent utiles comme :

  • Magnésium qui est un minéral essentiel pour la fabrication de l’énergie dans l’organisme.
  • Vitamines B (B1,B2,B3,B6,B9), qui se trouvent dans la levure de bière.
  • Co-enzyme Q10 et Vitamine C (acérola) qui relancent la fabrication de l’énergie et qui sont d’excellents antioxydants.  (à prendre en dehors des périodes de chimio ou de radiothérapie).
  • Protéines apportées par l’alimentation (viandes, poissons, volailles, oeufs, laitage de chèvre, céréales), mais aussi par des boissons vendues en pharmacie (Renutryl* Clinutren* Fortimel* etc.).

La prise de tonifiant est intéressante :

  • Sérum de Quinton hypotonique (1 à 2 ampoules/jour).
  • Des plantes comme le ginseng, la maïtaké, le shiitaké qui ont de plus, des propriétés anticancéreuses, mais aussi la griffe du chat (una de gato), la maca (ou ginseng péruvien), le viscum album de la médecine anthroposophique, etc.
  • Les jus d’herbes de blé ou d’orge verte (Green Magna*).
  • Les sels de Schüssler : prendre les 12 sels ensemble.
  • En homéopathie :
    • Céréales Germées composées ou Acidum Phosphoricum composé à raison de 20 gouttes avant les 3 repas.
    • Kalium Phosphoricum 9CH : 3 granule/j.
  • Le complexe Oligosol Cuivre-Or-Argent qui est particulièrement intéressant à raison d’une dose  tous les jours ou tous les deux jours pendant deux ou trois mois (à renouveler selon besoins).

Une fois tous les traitements anticancéreux réalisés, il est souhaitable de réaliser un nettoyage de l’organisme afin d’éliminer les résidus médicamenteux qui autrement pourraient y demeurer pendant des années. D’abord l’activité physique, mais aussi l’hydratation contribueront à leur élimination. Mais aussi des produits comme l’aloe vera, l’aloe arborescent, la spiruline, l’ail commun, l’ail d’ours… dégageront en grande partie l’organisme. Ils pourront être complétés par des isothérapies homéopathiques des médicaments utilisés contre le cancer (voir pour cela un médecin homéopathe).

Luc BODIN


[1] « A canadian survey of cancer patients’ experiences : are their needs being met ? » Pain symptom Manage by Ashbury FD and coll. 1998;16:298-306)