.

D’une manière générale, les cancers de l’enfant sont de bien meilleurs pronostics que ceux de l’adulte. De plus, les cancers de l’enfant sont différents de ceux de l’adulte. Ce sont :

  • Des leucémies et des lymphomes dans 45% des cas.
  • Des tumeurs embryonnaires dans 40% des cas.
  • Les sarcomes plus ou moins différenciés dans 15% des cas.
  • Les carcinomes… un peu.

Fotolia_75454042_Subscription_XXL

Selon l’âge, on retrouvera surtout :

  • Chez le tout petit : leucémies, lymphomes, tumeurs cérébrales, tumeurs embryonnaires.
  • Chez l’adolescent : carcinome, tumeurs germinales, sarcomes.

Les cancers de l’enfant sont généralement des tumeurs à prolifération rapide et ainsi sont très sensibles à la chimiothérapie. Le seul problème est que les chimiothérapies peuvent avoir des effets secondaires comme :

  • Anthracycline (topoisomérase) : défaillance du cœur.
  • Alkylants : stérilité masculine.
  • Bléomycine : fibrose pulmonaire.
  • Platine : audition, insuffisance rénale.
  • Ifosfamides : tubulopathie (atteinte rénale)

La radiothérapie est peu utilisée chez l’enfant compte tenu des séquelles sur l’organisme à long terme.

Un traitement associant radiothérapie et chimiothérapie est cependant indiqué dans :

  • La maladie de Hodgkin.
  • Les tumeurs de Wilms.
  • Les rhabdomyosarcomes (RMS).
  • Les sarcomes d’Ewing. 

Les dépistages de plus en plus précoces avec l’évolution des traitements favorisent une amélioration toujours plus importante du nombre des guérisons chez les enfants. Il ne faut pas hésiter non plus, y associer des traitements naturels pour mieux supporter les traitements conventionnels ainsi que donner des chances supplémentaires de guérison.

Luc BODIN