.
Le rapport Bockel sur la délinquance des mineurs, propose d’effectuer un repérage précoce des enfants en souffrance… faisant ainsi un amalgame entre souffrance ou turbulence dans l’enfance (entre 1 et 3 ans !) et délinquance plus tard… Impressionnant !

Ce rapport a fait vivement réagir les professionnels de la petite enfance qui demandent l’abandon de cet amalgame. Car s’il est évident qu’il est nécessaire de « faire de la prévention durant la petite enfance, mais en aucun cas, en se servant de la délinquance comme prétexte fallacieux » faisait ressortir la psychanalyste Sylviane Giampino. Il convient plutôt d’apporter aide et soutien à ses enfants et leurs familles plutôt que de les classer définitivement comme des délinquants potentiels, laissant alors la porte ouverte à bien des dérives…

Luc BODIN