En rhumatologie, il existe deux grands types de pathologies:

  • Mécaniques, comme les contractures, l’arthrose, les déformations qui s’étendent au fil des ans à l’ensemble du squelette en se répercutant d’une articulation à l’autre.
  • Inflammatoires, de type rhumatismal avec des articulations gonflées, rouges, douloureuses, et un syndrome inflammatoire visible sur les prises de sang (vitesse de sédimentation, PCR, fibrinogènes élevés…). Dans cette catégorie se trouve la polyarthrite rhumatoïde, qui peut être diagnostiquée sur la localisation des douleurs et la présence de marqueurs sanguins particuliers. Mais ils peuvent manquer dans certains cas ce qui peut rendre le diagnostic moins évident.

Avec le vieillissement de la personne, il est souvent difficile de distinguer ces deux entités. Tant les déformations deviennent inflammatoires et inversement les poussées inflammatoires induisent des déformations articulaires.

Le traitement conventionnel s’appuiera surtout sur les antalgiques, les anti-inflammatoires ou la cortisone qu’il faut réserver aux poussées aiguës. Car leurs effets secondaires peuvent être lourds.

equipe médical

Un traitement naturel de fond reposera sur:

  • Harpagophytum nébulisat 250mg: 1 à 2 gélules aux trois repas.
  • Oligoélément de cuivre : 1 à 2 ampoules le matin.
  • Oligoélément d’or : 1 ampoule le soir.
  • Applications pluriquotidiennes de Silicium Organique G5
  • Applications d’argile verte sur les articulations très inflammatoires.
  • En organothérapie : cartilage 4CH + Os total 4CH + Synoviale 4CH + Ligament 4CH à raison d’un suppositoire les jours pairs au coucher.

D’autres remèdes existent notamment en homéopathie. L’acupuncture et l’auriculothérapie sont également très efficaces.

Luc BODIN