L‘Arimidex et le Fémara sont des médicaments indiqués dans les suites de cancer du sein hormonodépendants. Ils ne sont pas toujours bien tolérés par tout le monde. Cependant, ils sont particulièrement intéressants et ils ont démontré que leur prise régulière permettait de diminuer le nombre des rechutes cancéreuses. C’est pourquoi en cas d’effet indésirable, la diminution de la dose de l’Arimidex ou du Fémara est toujours ennuyeuse, car elle amoindrit du même coup l’efficacité du traitement.

Cependant en cas d’effet secondaire, il existe deux solutions possibles pour tenter de soulager la personne :

  • La plus simple consiste à prendre des traitements homéopathiques ou phytothérapiques pour traiter les effets indésirables : bouffées de chaleur, fatigue, etc. Ainsi il est possible de continuer le traitement à pleine dose. Car il est fréquent qu’avec le temps, ces troubles s’estompent. Car l’organisme s’adapte au changement de statut hormonal. Voir pour cela un médecin homéopathe.
  • Changer l’Arimidex contre du Femara (ou inversement) qui sont des  remèdes de la même famille, mais quelquefois l’un est mieux toléré que l’autre selon les personnes.

Par ailleurs, il n’existe pas d’alternative naturelle au traitement d’Arimidex ou de Fémara. Par contre, des remèdes naturels existent pouvant lutter également contre les rechutes ou les récidives du cancer. Mais faute de moyens, il n’a pas été démontré leur efficacité dans cette indication.

C’est pourquoi il n’est pas possible de les conseiller uniquement comme traitement complémentaire. Ce sont : la vitamine C, la bromélaïne, le germanium organique, le molybdène, la vitamine D, le maïtaké, etc. Cela multipliera encore les chances de guérison.

Luc BODIN