Les saignements de nez ou épistaxis proviennent généralement des fosses nasales. Chez les enfants, la cause principale est l’existence d’une tache vasculaire, qui se met à saigner lors d’un mouchage, d’un changement de température, d’un traumatisme du nez même léger…

En cas d’épistaxis récidivante, il convient de consulter un médecin ORL qui en recherchera la cause. Cela peut être une hypertension artérielle (rare chez l’enfant) ou un problème (souvent vasculaire) situé sur la muqueuse nasale.

Mais en attendant cette consultation, lors d’un saignement de nez, il convient de maintenir l’enfant en position assise et d’éviter de lui mettre la tête en arrière. Sinon, le saignement s’écoulera vers l’arrière donnant ainsi faussement l’impression qu’il a cessé.

Un glaçon placé sur le nez du côté de la narine qui saigne peut être efficace. Mais le mieux est d’exercer une compression sur la marine en pinçant fortement le nez (juste sous les os propres) entre le pouce et l’index pendant au moins 3 minutes. Ce geste peut être réalisé par l’enfant lui-même ou par un adulte.

Si la compression est inefficace, il peut être légitime de placer un morceau de coton hydrophile dans la narine saignante afin de venir comprimer la tache vasculaire. En général, 3 à 4 centimètres cubes de coton hydrophile suffisent chez l’enfant. Ils seront introduits suffisamment profondément dans un mouvement vissant. Il existe aussi des mèches toutes prêtes comme Coalgan ou des éponges de gélatine résorbable, prévus à cet effet et vendus en pharmacie. Il faudra veiller à retirer complètement le méchage quelques heures plus tard (sauf les éponges qui sont spontanément résorbables). Il est aussi possible d’enduire la mèche en coton de pommade HEC qui a une action tannante sur la muqueuse nasale.

06- Fotolia_29996000_XS
L’homéopathie
est aussi intéressante : china 4 CH : 3 granules à sucer lors du saignement à renouveler toutes les 10 minutes, autant que besoin

Si ces simples mesures ne suffisent pas, ou si le saignement est abondant, il est indispensable de conduire l’enfant aux urgences où il sera effectué un méchage compressif par un médecin ORL. Une prise de Dicynone, un médicament coagulant, peut aussi être décidée.

Le traitement de la tache sera entrepris par cautérisation, autrement une application quotidienne de pommade HEC sur la tache vasculaire à l’aide d’un coton-tige pendant une quinzaine de jours peut aussi être efficace.

Luc BODIN