Les verrues font partie de la famille des tumeurs épithéliales bénignes de la peau et des muqueuses induites par les kératocytes (cellules cornées de la peau). Elles touchent entre 7 et 10% de la population. Elles se rencontrent surtout chez les enfants.

Ce sont des formations cutanées cornées, arrondies ou aplaties, de taille et nombre variables. Elles peuvent siéger partout sur le corps, mais elles se retrouvent préférentiellement sur les pieds et les mains, mais aussi sur les genoux, les coudes et le visage.

fleur de bach

Les verrues sont dues à plusieurs virus de la famille des Papillomavirus Humains (HPV) qui se développent préférentiellement dans les zones humides : chaussures, piscine, douche, tapis de sport… C’est ainsi que le virus peut se transmettre d’une personne à l’autre, mais fort heureusement avec une contagiosité diverse selon le terrain de la personne receveuse… Il existe différentes catégories de verrues : les verrues vulgaires, les verrues planes, les myrmécies, les verrues mosaïques et les verrues translucides qui sont dues aux différents virus de la famille des HPV.

Une verrue présente un caractère inesthétique. Elle peut gêner, voire saigner. L’évolution peut être spontanément résolutive en plusieurs mois (dans 60% des cas). L’immunité est alors acquise contre le virus. Mais elle peut au contraire grossir, s’étendre et induire de nombreuses autres verrues (filles).

Lorsqu’une verrue se développe, il faut éviter de la gratter ou de la faire saigner pour éviter que le virus ne contamine une autre région du corps. Il faut aussi bien recouvrir la verrue pendant le traitement (pour éviter de contaminer les autres) et aussi penser à se laver les mains après les soins.

Les traitements locaux sont nombreux. Avant de les appliquer, il convient de laver correctement la verrue puis la gratter légèrement pour enlever les peaux mortes superficielles afin que les produits appliqués ensuite pénètrent mieux et soient ainsi plus efficaces. Ce sont :

  • les kératolytiques à base de salicylés : Duofilm, Kérafilm, Verrifilm… Il est conseillé de protéger la peau saine autour de la verrue avec un vernis incolore.
  • La cryothérapie qui utilise le froid (-50°C) pour détruire la verrue : Cryopharm, Cryoverrue, Urgo verrue…
  • la sève de chélidoine (ou à défaut la teinture mère) ou la teinture mère de Thuya.

Un traitement peut aussi être indiqué comme Verrulyse qui est à base de méthionine et de minéraux (pas avant 6 ans).

La prise de magnésium est toujours indispensable. Sa seule prise peut quelquefois suffire à faire disparaître la verrue.

Ensuite, l’homéopathie est remarquable pour traiter les verrues et le terrain. Ce traitement comportera un draineur : Thuya complexe n°37 de Lehning (20 gouttes avant les trois repas), un traitement de terrain : Thuya 9CH et Medorrhinum 9CH (1 dose/semaine en alternant les produits), et des remèdes des symptômes présentés comme antimonium crudum, nitricum acidum, Graphites, Dulcamara, Causticum…

Des huiles essentielles sont efficaces contre le virus : Citrus limonus, Cinnamomum verum, Melaleuca alternifolia, Ocimum Basilicum… Elles sont, soit prises individuellement soit en préparation réunissant plusieurs d’entre elles (2 applications par jour sur la verrue)

Pour terminer, il est important de rappeler que pour éviter le risque d’attraper des verrues, il faut :

  • Eviter de marcher pieds nus surtout dans les flaques d’eau au bord des piscines ou des douches publiques.
  • Désinfecter régulièrement les sols, les douches et les baignoires.
  • Bien se sécher les pieds et les mains, car le HPV se développe surtout en milieu humide.
  • Utiliser une serviette et un gant de toilette personnels.

Luc BODIN