Cela va faire des heureux. Une étude allemande publiée dans l’European Heart Journal, portant sur 20 000 personnes pendant 8 ans, a démontré que la prise d’une petite quantité de chocolat journalière permettait de diminuer le risque d’accident vasculaire de 48% et d’infarctus du myocarde de 27%.

Fotolia_78297279_Subscription_XL
L’origine de ces résultats proviendrait des polyphénols présents dans le chocolat. Ceux-ci en effet, par leur action antioxydante sur le LDL-cholestérol (mauvais cholestérol), préviennent la formation de plaques d’athérome, favorisent la dilatation des artères mais aussi produisent la fluidification du sang… Bref, ils interviennent sur les différents stades de la maladie athéromateuse.
Luc BODIN