En cas d’infection virale, il faudra commencer par s’alimenter très légèrement, voire même suivre un ou deux jours de jeûne, ce qui est souvent aisé parce que l’appétit est très faible, voire absent, en cas de fièvre. Autrement, une alimentation dépourvue de graisses cuites, de sucreries et de laitages s’impose.

La consommation de jus de fruits frais (agrumes surtout) riches en vitamine C et sans sucre surajouté est aussi conseillée. Cette vitamine aux effets virucides (tueur de virus) est  particulièrement présente dans les oranges, les kiwis, la papaye, le pamplemousse, les fraises, la mangue… Il ne faut pas hésiter à utiliser les fruits frais de préférence biologiques et bus dans le quart d’heure qui suit leur confection. Car la teneur en vitamine chute rapidement.

Les extraits de pépins de pamplemousse (EPP) sont aussi indiqués dès le début d’une infection à raison de 20 à 30 gouttes 2 à 3 fois par jour. Ils sont riches en vitamine C, en cuivre, en flavonoïdes… ce qui leur donne son excellente action anti-microbienne.

Les plantes immunostimulantes, comme celles indiquées précédemment (surtout l’echinacea), sont également intéressantes dans cette situation. Il ne faut pas hésiter à augmenter les posologies pendant les premiers jours de l’infection.

Le cassis (Ribes nigrum) ou le Saule blanc (Salix alba) peuvent être utiles. Il ne faut cependant les utiliser qu’en cas de douleurs (inflammations) importantes ou de fièvres élevées, car ces processus  contribuent au système défensif du corps. Ils induisent aussi la formation de protéines de stress qui vont relancer l’immunité.

Mais surtout, les remèdes les plus importants en cas d’infection virale sont les huiles essentielles. Certaines d’entre elles possèdent de puissants effets virucides. Elles sont extrêmement réactives. Cette vertu impose qu’elles soient maniées avec précaution et parcimonie. Ce sont principalement :

  • Cinnamomum camphora (ravintsara) : aussi immunostimulante et antibactérienne. CI : grossesse.
  • Cinnanomum verum (cannelle de Ceylan écorce) : aussi antibactérienne. CI : grossesse, enfant de moins de 6 ans – irritante pour la peau et les muqueuses.
  • Citrus limonum  (citron) : aussi antibactérienne. CI quelquefois irritante pour la peau.
  • Eucalyptus radiata (eucalyptus radié) : aussi immunostimulante et antibactérienne. Pas de CI.
  • Eugenia caryophyllus (giroflier) : aussi immunostimulante et antibactérienne. CI : grossesse et enfant de moins de 6 ans.
  • Laurus nobilis (laurier noble) : aussi antibactérienne. CI : grossesse.
  • Lavandula latifolia spica (lavande aspic) : aussi immunostimulante et antibactérienne.
  • Melaleuca alternifolia (arbre à thé – tea tree) : aussi immunostimulante et antibactérienne. CI : grossesse.
  • Mentha piperita (menthe poivrée) : aussi anti-inflammatoire et antibactérienne. CI : grossesse et enfant de moins de 6 ans.
  • Origanum compactum (origan compact) : aussi antibactérienne. CI : grossesse – irritante pour la peau et les muqueuses.
  • Thymus vulgaris thujanoliferum (thym à thujanol) : aussi antibactérienne. CI : grossesse, épilepsie – possibilité d’irritation de la peau.

D’autres sont également intéressantes, mais en deuxième intention comme :

  • Commiphora molmol : aussi anti-inflammatoire.
  • Eucalyptus cryptone : aussi anti-inflammatoire.
  • Origanum heracleoticum : aussi immunostimulante.
  • Thymus geraniol : aussi antibactérienne. 

La plupart de ces huiles essentielles combinent d’autres actions intéressantes comme la stimulation immunitaire ou un effet anti-inflammatoire. Beaucoup aussi sont également antibactériennes, ce qui est particulièrement intéressant parce que les surinfections bactériennes sont une des complications les plus fréquentes des infections virales.

Ces huiles essentielles peuvent être utilisées en unitaires ou en association de plusieurs ce qui améliore leur performance contre les virus. Il est aussi possible de combiner des huiles essentielles à action antivirale, anti-inflammatoire et antibactérienne afin d’agir aux différents niveaux de l’infection virale et prévenir une éventuelle surinfection.

Les huiles essentielles peuvent être utilisées de différentes façons : 

En diffusion : À placer dans une chambre de malade ou dans une habitation en cas d’épidémie. Il est ainsi possible d’utiliser l’HE d’Eucalyptus radiata par exemple, ou bien des préparations (sauf femme enceinte) comme :

  • HE Eucalyptus radiata
  • HE Cimmamomum camphora
  • HE Rosmarinus officalisa en parties égales 10ml
  • HE citrus limonum à diffuser deux ou trois fois par jour pendant une heure.

Il existe aussi des préparations toutes prêtes comme Aromasol vendu en pharmacie (contre-indiqué en cas de grossesse et d’antécédent de convulsion)

En applications cutanées :
* En cas d’Infection virale de type rougeole, rubéole, varicelle (sauf grossesse) :

  • HE laurus nobilis : 1ml
  • HE Lavandula latifolia spica : 0,5ml
  • HE melaleuca alternifolia : 0,5ml
    3 gouttes mélangées dans un peu d’huile d’amande douce à appliquer sur les éruptions cutanées. 

* En cas d’infection virale de type rhinite, sinusite, bronchite… (sauf grossesse) :

  • HE mentha piperata 1ml
  • HE cimmamomum camphora 1ml
  • HE eucalpyptus radiata 1m
  • 3 gouttes pures ou mélangées dans un peu d’huile d’amande douce ou d’huile de sésame ou d’olive biologique à appliquer sur le haut du thorax 2 à 3 fois par jour.

Par voie générale
Par exemple en cas de grippe débutante, on aura le choix de prendre :

* HE eucalyptus radiata 2ml (ou 50 mg)

* Une préparation (sauf femme enceinte) comme :

  • HE melaleuca alternifolia 1ml (ou 25 mg)
  • HE eucalyptus radiata 1ml (ou 25 mg)
  • HE thymus vulgaris 1ml (ou 25 mg)

Il existe plusieurs possibilités de les prendre :
* Soit 2 gouttes dans un verre d’eau de source ou mélangées à un quart de cuillère de cuillère à café d’huile d’olive biologique ou de miel.
* Soit faire préparer en pharmacie des gélules ou des capsules de ces produits (unitaire ou préparation) et de prendre 2 gélules (ou capsules) 3 ou 4 fois par jour.
* Soit faire préparer par le pharmacien des suppositoires de ces produits (mi-dose chez les enfants)  et prendre 1 suppositoire 2 à 3 fois par jour.
* Soit en inhalation : mettre une dizaine de gouttes du produit dans un bol d’eau bien chaude et respirer les vapeurs pendant une dizaine de minutes deux à trois par jour.

Il y a aussi des produits tout préparés vendus en pharmacie comme le Gomenol (en suppositoire ou en inhalation) et les Gouttes aux essences (sauf grossesse et jeune enfant) qui sont des produits très intéressants. 

Luc BODIN