Le typage lymphocytaire est un examen de sang permettant un bilan en profondeur du système immunitaire. Il constitue un élément essentiel pour la connaissance de son fonctionnement. Car très souvent sont retrouvés des blocages, sources de dérapage de l’immunité pouvant générer à la longue fatigue et maladies.

De nombreuses substances étrangères tentent de pénétrer chaque jour dans l’organisme : des germes (virus, bactéries, parasites, champignons), des allergènes, des substances toxiques… sans parler des cellules anormales, voire cancéreuses, qu’il faut éliminer.

Contre ces antigènes, le corps possède un système immunitaire composé  par les globules blancs et par les anticorps afin de les neutraliser et de les éliminer. Pour cela, l’immunité est capable de reconnaître immédiatement ce qui appartient à l’organisme (le soi) et ce qui lui est étranger (le non-soi). Il est évident qu’il doit demeurer toujours parfaitement efficace, pour éviter toute dérive dans un sens (insuffisance) ou dans l’autre (excès).

Parmi les nombreux globules blancs qui existent, certains ont un rôle particulièrement important :

  • Les monocytes/macrophages qui sont en première ligne. Ils absorbent et éliminent les agents étrangers.
  • Les lymphocytes B également en première ligne. Ils sont aussi producteurs d’anticorps qui neutralisent les antigènes.
  • Les lymphocytes T4 qui sont modulateurs de l’immunité.
  • Les lymphocytes T8, constitués des T8s (suppresseurs) qui modèrent les réactions immunitaires excessives, et des T8c (cytotoxiques) qui détruisent les agents extérieurs.
  • Des cellules tueuses : lymphocytes NK (natural killer) et LAK (lymphokine activated killer).

Ce sont ces éléments qui sont étudiés dans un typage lymphocytaire. Dans le même temps, il sera effectué différents rapports permettant d’affiner le diagnostic : rapport T4/T8 et T8c/T8s. Il est indispensable que tous ces éléments soient étudiés, pour pouvoir faire une analyse valable. Sinon l’examen sera difficilement interprétable et beaucoup moins intéressant.

Typage lymphocytaire

Souvent le typage lymphocytaire est couplé à un profil protéique immunitaire (et une électrophorèse des protides) qui étudiera la partie humorale du système immunitaire : immunoglobulines (IgG, IgA, IgM), protéines inflammatoires (orosomucoïde, haptoglobuline, C3, CRP) et protéines de l’état nutritionnel (albumine, pré-albumine et transferrine)

Il faut comprendre que le système immunitaire est sans cesse en mouvement. C’est un système dynamique. C’est pourquoi les valeurs de chaque élément étudié doivent simplement demeurer dans les normes (entre un maximum et un minimum) qui constituent les fourchettes de valeurs «dites « normales ».

Les indications du typage lymphocytaire sont :

  • Les états de fatigue persistants.
  • Les infections multiples et récidivantes (virus, bactéries, parasites, champignons).
  • Les allergies importantes,
  • Les suspicions de maladies auto-immunes.
  • Les cancers et les leucémies.
  • Les états de stress plus ou moins permanents,
  • Les prises médicamenteuses au long cours qui peuvent interférer sur le système immunitaire.

            Sur le plan pratique, le prélèvement sanguin doit absolument être effectué dans la matinée, période où le système immunitaire est à son maximum, et être acheminé au laboratoire dans les 24 heures.

&                     &                     &

Les principales anomalies rencontrées sont d’abord les états d’hypo ou d’hyper-réactivité immunitaires constatés sur le nombre de lymphocytes (ce nombre  ne se trouve pas forcément corrélé sur le nombre de globules blancs totaux).

Ensuite seront étudiés les 4 piliers du système immunitaire cellulaire : les lymphocytes T4, T8 totaux, T8 cytotoxiques et B. Si l’un de ces éléments est en excès ou insuffisance, alors que les autres demeurent normaux, il est considéré que l’ensemble du système immunitaire est en hyper ou hypo réactivité.

Enfin, il faudra examiner les rapports T4/T8 et T8c/T8s, mais aussi les ensembles : T4, T8, rapport T4/T8 d’une part, et T8c, T8s, T8c/T8s d’autre part qui peuvent évoquer des blocages immunitaires liés à une réactivation d’infection, virale le plus souvent (notamment l’Epstein Barr Virus EBV). 

En cas d’anomalie sur le typage lymphocytaire, ou en cas de symptômes particuliers, il pourra être recherché en complément :

  • Si manifestations allergiques : Immunoglobulines E (totales ou spécifiques).
  • Si signes infectieux : un ou des sérodiagnostics seront demandés afin de rechercher une infection active ou réactivée.
  • Si suspicion de maladie auto-immune : dosage HLA, recherche d’auto-anticorps.
  • Si suspicion de processus tumoral : marqueurs tumoraux…

Un traitement à base de micro-immunothérapie est ensuite mis en place (en complément des traitements conventionnels selon les situations) dont le résultat sera suivi sur d’autres typages lymphocytaires effectués ultérieurement.

Luc BODIN