.

Les traitements conventionnels s’articuleront dans trois axes principaux :

Les médicaments. Les antalgiques, les anti-inflammatoires et la cortisone n’ont que peu d’effet sur les douleurs de la fibromyalgie. Il faut davantage avoir recours aux antidépresseurs (amitriptyline) et aux anticonvulsivants (prégabaline) à faibles doses. Certains autres remèdes agissent sur les neuromédiateurs déficitaires comme :Les agonistes dopaminergiques (pramipexole)

Fotolia_78825864_Subscription_XXL

Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (Milcacipran et Duloxetine).

Les antagonistes de la sérotonine (tropisétron).

À signaler enfin, que les injections d’immunoglobulines G auraient aussi eu un effet bénéfique sur la maladie 

  • La thérapie cognitive et comportementale permet d’accepter de sa maladie (ce qui ne veut pas dire baisser les bras), d’apprécier les besoins de son corps, et aussi d’aménager de nouveaux comportements adaptés à la maladie et à ses troubles.
  • L’exercice physique : kinésithérapie, physiothérapie, ergothérapie… apporteront un assouplissement du corps, un ré-entraînement à l’effort et un regain d’énergie. Celui-ci se fera de manière douce et progressive en respectant les réactions du corps.

Luc BODIN