.

La fibromyalgie présente peu de signes pouvant permettre d’affirmer le diagnostic à coup sûr. C’est pourquoi beaucoup de médecins refusaient (et refusent encore) de reconnaître qu’il s’agit d’une maladie, parlant alors plutôt de problèmes psychiques… C’est ainsi que les malades doivent souvent attendre plusieurs mois et effectuer des consultations chez plusieurs médecins avant d’être enfin dépistées. Un véritable calvaire, qui place ces personnes dans l’incertitude de leur diagnostic, mais aussi dans l’incompréhension de leur entourage, de leur employeur et souvent aussi de leur médecin. Cette absence de reconnaissance de leur souffrance place les fibromyalgiques dans des situations extrêmement pénibles.

Fotolia_77401853_Subscription_XXL

Pourtant, l’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu dès 1992, la fibromyalgie comme étant une maladie à part entière avec des symptômes précis. Elle a relayé pour cela l’American College of Rheumatology qui lui a donné cette définition en 1990 : « état musculo-squelettique spontané diffus et bilatéral associé à la présence d’un minimum de 11 points tendino-musculaires sur 18 répertoriés ».

Ainsi le symptôme essentiel de la fibromyalgie est la douleur… une douleur chronique, diffuse, persistante depuis au moins 3 mois, pratiquement permanente de jour comme de nuit, variable et changeant de place facilement, à type de raideur, de douleur, de brûlure, de broiement, d’élancement… selon les personnes. Un élément est important est l’absence de signe  inflammatoire aux points douloureux. 

À côté de ces douleurs difficiles à supporter dans la vie quotidienne, d’autres symptômes sont généralement présents :

  • Une fatigue constante, rendant pénibles tous les actes de la vie.
  • Un état anxieux, voire dépressif, qui est autant la cause que la conséquence de la fibromyalgie.
  • Des troubles du sommeil avec des réveils fréquents et durables. Ils aggravent la fatigue, la dépression, mais aussi l’état douloureux.
  • Un intestin irritable responsable de douleur, de spasme, de trouble du transit, de ballonnement… mais aussi d’une dysbiose (dégradation de la flore) et d’une hyperperméabilité ouvrant ainsi la porte aux toxiques, aux germes et aux métaux lourds.

À côté de ces troubles presque systématiquement rencontrés lors d’une fibromyalgie, d’autres peuvent survenir. Ils sont extrêmement nombreux et variés : maux de tête, vessie instable, troubles de règles, frilosité, bourdonnements d’oreille, crampes, troubles sexuels, transpiration, bouche sèche, etc.

Quant à l’évolution de la maladie, elle est chronique et fluctuante sur plusieurs années. La plupart des auteurs considèrent que la guérison n’est pas possible, tout au plus peut-on espérer une amélioration… Pour ma part , je demeure convaincu que la guérison est réalisable si le traitement vise bien la cause et non simplement les symptômes. Cependant, la personne gardera toujours une certaine fragilité.

Luc BODIN