.

Selon certaines estimations, la fibromyalgie toucherait 1,4 à 2 millions de personnes en France aujourd’hui. Malgré ce chiffre, cette maladie demeure bien mystérieuse. Les causes sont mal établies, le diagnostic est généralement fastidieux à réaliser et les traitements proposés décevants. Tout cela fait que la fibromyalgie perdure pendant des années voire toute la vie, alors que des solutions, autres que conventionnelles, existent…

Fotolia_79094989_Subscription_XL

La fibromyalgie a été découverte par Gowers en 1904 qui l’avait dénommée la « fibrosite ». Aujourd’hui, douze millions d’Européens sont atteints de cette maladie qui toucherait 4% des femmes (principalement à la périménopause) et 0,4% des hommes. Mais de nombreux enfants sont également touchés. La fibromyalgie représente une cause très fréquente de consultations pédiatriques aux États-Unis.

Malgré ces chiffres impressionnants – et probablement sous-évalués – les causes de la maladie sont encore très mal établies.

La thèse sensitive est la plus accréditée actuellement. Elle explique que la fibromyalgie proviendrait d’une anomalie dans le processus du contrôle de la douleur. De nombreux signes convergents semblent l’accréditer, notamment la présence de Substance P et du Nerve Growth Factor dans le liquide céphalo-rachidien (LCR), ce liquide où baignent le cerveau et la moelle épinière. Or ces substances interviennent dans les processus douloureux. Par ailleurs, l’hyperactivité du sympathique et la baisse des neuromédiateurs de sérotonine et de noradrénaline semblent également appuyer cette thèse.

 Cependant, d’autres éléments doivent également être pris en compte :

  • Des facteurs héréditaires, car un allèle plus court du gène du transport de la sérotonine a été retrouvé chez de nombreux fibromyalgiques.
  • Un état inflammatoire chronique est aussi souvent noté.
  • Un surmenage et un stress extrêmes, alliés à une mauvaise récupération inaugurent souvent la fibromyalgie.
  • Une maladie auto-immune (MAI) est souvent rencontrée au cours des fibromyalgies : la polyarthrite rhumatoïde se rencontre dans 30% des fibromyalgies, le lupus érythémateux disséminé dans 31%… dans d’autres cas, une maladie auto-immune disparaît juste avant le commencement de la maladie.
  • Les infections comme la maladie de Lyme, la mononucléose infectieuse, les viroses herpétiques (EBV)… sont souvent présentes.
  • Le syndrome métabolique (constitué d’un surpoids, d’un excès de cholestérol et de triglycérides, d’un diabète et d’une hypertension artérielle) est présent chez 50 % des fibromyalgiques.
  • Des troubles digestifs chroniques.
  • Des intoxications aux métaux lourds, surtout le mercure et le nickel.

Luc BODIN