L’athérosclérose consiste d’abord en une dégénérescence fibreuse des artères qui perdent ainsi de leur souplesse et de leur élasticité. Ce mécanisme est associé à un épaississement de leur paroi par des plaques d’athérome qui vont peu à peu les obstruer.

equipe médical
Les grands principes de l’athérosclérose
L’athérosclérose est à l’origine d’insuffisances coronariennes (angine de poitrine et infarctus), d’insuffisances vasculaires cérébrales et d’accidents ischémiques, d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs, mais aussi d’anévrysme aortique, d’infarctus mésentérique et enfin d’insuffisance rénale. Tout cela prouve la gravité potentielle de cette pathologie.
L’athérosclérose est générée par un certain nombre de facteurs de risque à bien connaître. L’âge, le sexe masculin et des facteurs héréditaires en sont à l’origine. Comme il n’est pas possible d’agir dessus, certaines théories conseillent pour les personnes à risque, de suivre d’emblée un traitement préventif médicamenteux par statines (anticholestérolémiant) voire les IEC (inhibiteur de l’enzyme de conversion). Cependant, les effets indésirables de ces produits doivent en limiter l’utilisation à l’indispensable.
Les facteurs de risque
Par contre, il est tout à fait loisible d’agir sur les autres facteurs de risques de l’athérosclérose :
  •  le tabagisme d’abord, qui est toujours impératif. La nicotine favorise les vasoconstrictions des artères et leur durcissement. Il est dit qu’une cigarette fumée chez un artéritique réduit à néant plusieurs semaines de traitement.     
  • les excès de cholestérol (surtout le mauvais cholestérol LDL est élevé et le bon cholestérol HDL diminué), qu’il faudra tenter de résoudre d’abord avec un régime adéquat, la prise d’oméga 3, d’acide nicotinique (vitamine B3) et de levure de riz rouge avant de penser à prendre un traitement médicamenteux.
  • les excès de triglycérides, sont souvent négligés. Pourtant, ils sont aussi nocifs que les excès de cholestérol. Leur traitement passe par un régime (limiter en glucides et alcool principalement), la prise d’acides gras polyinsaturés oméga 3 et  de fibres d’avoine.
  • l’hypertension artérielle devra commencer par être traitée par un régime sans sel (avec prise de potassium éventuellement) et la détente nerveuse. La méditation donne d’excellents résultats sur cette pathologie.
  • le diabète. Sa prévention passe surtout par une perte du surpoids qui peut retarder de plusieurs années l’entrée dans le diabète. La limitation des sucres rapides (sucreries) est aussi à favoriser.
  • l’augmentation de l’hydroxyprolinurie est souvent liée à un manque de vitamines B qu’il faut alors compenser (levure de bière)
  • les carences en vitamine D sont fréquentes. Il faudra avoir recours à des expositions quotidiennes au soleil, de l’huile de foie de poisson gras, mais aussi de manière moindre : du beurre, du jaune d’œuf, des germes de blé…
  • le surpoids est un élément toujours défavorable, donc à combattre
  • la sédentarité est à éviter systématiquement. La réalisation de 30 minutes d’exercice physique par jour est le minimum indispensable.
Les autres approches :
  • L’huile d’olive vient de démontrer son action sur les gènes de l’athérosclérose selon une étude espagnole. Cela serait dû à son action antioxydante (polyphénol) et anti-inflammatoire.
  • Le régime méditerranéen est conseillé. Ces vertus préventives sur les maladies cardiovasculaires furent même l’origine de sa « découverte »… Les antioxydants présents dans les fruits et légumes ainsi que les acides gras polyinsaturés sources de prostaglandines anti-inflammatoires, et les oméga 3 qui ont une action fluidifiante au niveau sanguin en sont la cause.
  • La forte diminution des acides gras saturés qui favorisent le mauvais cholestérol : viandes grasses, charcuteries, fritures, sauces, laitages…
  • Une diminution de 3 g/j de la consommation de sel entraînerait 15% d’insuffisance coronarienne en moins…
  • L’activité physique en stimulant la circulation du sang et l’oxygénation est toujours très bénéfique.
  • Les fluidifiants aideront à la circulation du sang : gingko biloba, oméga 3, aspirine faible dose… ainsi que les oxygénateurs comme le germanium ou le bol d’air Jacquier.
  • Le jus de grenade aurait montré une action préventive sur l’athérome.
  • Le lycopène aurait un effet protecteur sur les vaisseaux.
  • Le Dr Matthias Rath présente une très intéressante théorie. Pour lui le problème viendrait au départ d’une carence en vitamine C (qui est souvent carencée en particulier en cas de tabagisme). Elle induirait des microlésions sur les parois artérielles sur lesquelles se fixerait un athérome dans le but de colmater la brèche. Pour le Dr Rath, de l’athérosclérose nécessite surtout une prise de vitamine C à dose forte, associée à d’autres nutriments : vitamines B, D et E, proline, lysine…
  • L’ail, le jus de citron, le vinaigre de cidre, l’aubépine, la prèle, la bourse à Pasteur… auraient tous des actions anti-athérogènes.
  • L’acidose de l’organisme serait, selon certains auteurs, la grande responsable de l’athérome. Une vérification régulière du pH urinaire permet de connaître sa situation.
Luc BODIN