.

350 000 cancers ont été diagnostiqué en France en 2010, soit une discrète augmentation par rapport à l’an passé avec ses 346 000 cancers et moins que les prévisions pour l’an prochain : 357 700 cancers (203 100 chez les hommes et 154 600 chez les femmes). Le nombre augmente donc, mais cela est aussi à moduler en tenant compte du nombre de la population générale qui s’accroît également.

Fotolia_75454042_Subscription_XXL

Par contre, les décès, quant à eux, seraient légèrement en baisse : 147 200 contre 146 800.

Chez l’homme, le cancer de la prostate (71 600 cas) est toujours en tête, devant le cancer du poumon (26 900) et le cancer colo-rectal (21 100).

Chez la femme, c’est toujours le cancer du sein  (56 000 cas) qui tient la première place devant le cancer du poumon (10 000 cas) mais qui est en forte augmentation. Cependant en terme de mortalité le cancer du sein induit 11 300 décès, alors que le cancer du poumon beaucoup moins fréquent, est responsable quant à lui, de 7 700 décès.

Il est intéressant aussi de noter que tous les cancers n’ont pas le même pronostic. Il est possible de distinguer :

  • les cancers à pronostic favorable (42% des cancers diagnostiqués) : prostate, sein, peau, thyroïde, testicule, leucémie lymphoïde chronique, maladie de Hodgkin qui ont un taux de survie à 5 ans supérieur à 80%.
  • Les cancers à mauvais pronostic (15% des cancers diagnostiqués) : poumon, foie, pancréas, œsophage, système nerveux central qui ont un taux de survie à 5 ans inférieur à 20%.

Luc BODIN