.

L’ostéoporose est un mal qui survient surtout avec l’âge, notamment après la ménopause ou l’andropause. Mais elle peut se rencontrer aussi beaucoup plus jeune. Elle est responsable de fractures du col du fémur et de tassements vertébraux entraînant une diminution de taille de la personne. La véritable prévention de l’ostéoporose commence dans l’enfance, car un bon capital osseux constitué à l’adolescence minimisera les risques d’ostéoporose plus tard dans la vie…

Fotolia_73781720_Subscription_XXL

Les bases : la vitamine D et le calcium :

La vitamine D et le calcium sont les deux piliers de la lutte contre l’ostéoporose.

La vitamine D existe sous deux formes la vitamine D2 (ergocalciférol) et la vitamine D3 (cholécalciférol) qui sont produites en grande partie par la peau lors de l’exposition au soleil. Celles-ci sont ensuite transformées au niveau du foie en principes actifs : le 25-hydroxyvitamine D qui stimule l’absorption intestinale de calcium et de phosphate, mais aussi qui régule la parathormone… ce qui a effet bénéfique sur la minéralisation osseuse.

Le problème est que la vitamine D est très souvent carencée notamment après 70 ans, chez les personnes en institution, celles ne s’exposant pas au soleil…. Un simple dosage sanguin des 25OH-D2 et 25OHD3 permettrait de connaître les personnes en insuffisance.

Les aliments contenant de la vitamine D sont surtout les poissons (flétan, sardine, hareng, barbu…), la margarine, les œufs… Mais ces apports sont généralement insuffisants. La fabrication de la vitamine D par la peau est donc indispensable. Pour cela, une exposition, même indirecte, à la lumière solaire pendant 20 à 30 minutes par jour est suffisante. Et à défaut de cela, il faudra recourir à une complémentation soit naturelle à base d’huile de foie de poisson, soit médicamenteuse (Dédrogyl ou Stérogyl) lorsque la carence est marquée.

La vitamine D favorise l’absorption du calcium par l’intestin, à condition… de manger des aliments riches en calcium. Les aliments contenant du calcium sont principalement les laitages. Cependant, la plupart d’entre eux sont acides et donc personnellement, je ne les conseille pas, parce qu’ils vont pomper les réserves de calcium de l’organisme pour être absorbés… ce qui est un comble !

La solution est de choisir parmi les autres aliments, qui seront certes moins concentrés en calcium que les laitages, mais pouvant tout de même satisfaire aux besoins de l’organisme. Ce sont essentiellement les fruits et les légumes (épinards, cresson, persil, amande, soja, noix, figues, olives, brocolis, raisin…), les œufs, les poissons…

À signaler que les eaux minérales contiennent un calcium qui n’est plus ionisé donc non biodisponible, mais aussi que la plupart des médicaments à base de calcium sont acides comme les laitages… Préférez des remèdes naturels comme la spiruline et le lithothamne qui sont en plus très alcalins, mais aussi la prêle ou le fucus vésiculosus.

L’hygiène de vie

Avoir une bonne activité physique est indispensable contre l’ostéoporose à plusieurs points de vue. Les contraintes exercées sur le squelette lors des activités contribuent au maintien de la trame osseuse et à la calcification. Si cette activité est réalisée en plein air, elle assurera en plus, une bonne oxygénationqui diminuera l’acidité de l’organisme et améliorera la fonction cellulaire (y compris osseuse). Enfin, l’exposition au soleil pendant les activités physiques favorisera la fabrication de la vitamine D par la peau.

L’excès d’acidité du corps, c’est-à-dire l’acidose, est sans doute la cause véritable de l’ostéoporose. Les acides doivent être neutralisés par le corps qui pour cela, va utiliser le calcium et autres minéraux présents dans le corps. Il est donc important de lutter contre cette acidose qui provient de certains aliments comme l’alimentation industrielle, les viandes, le café, l’alcool… du stress, de la sédentarité, des médicaments, du manque d’oxygène… Tous ces facteurs devront donc être corrigés.

Le tabac et l’alcool favorisent également l’ostéoporose, tout comme les amaigrissements trop rapides ou exagérés. Ils sont donc à proscrire.

Les remèdes

La médecine conventionnelle s’appuie pour la prévention de l’ostéoporose sur deux types de remèdes :

  • Le traitement hormonal de la ménopause ou THM (ex-THS), mais les recommandations officielles en limitent très justement la prescription à cause des risques potentiels d’effets secondaires.
  • Les bisphosphonates (alendronate, ibandronate, risédronate) et raloxifènes (SERMS selective estrogen receptor modulator) qui sont également riches en effets secondaires.
  • Mais si la menace d’ostéoporose et de fracture se précise, d’autres remèdes seront proposés : calcitonine, tériparatide (Forsteo), ranélate de strontium (Protelos)…

La médecine naturelle propose de son côté :

  • Des phytohormones avec notamment le soja (œstrogène) et le Yam (progestérone) qui constituent aussi d’excellentes alternatives au THM.
  • Les oligoéléments de Fluor qui stimule la fabrication osseuse (ostéoblastes), de Phosphore qui modèle le tissu osseux et de zinc qui favorise la régénération des tissus et l’équilibre hormonal… Ils pourront être pris à raison d’une ampoule par jour en alternant les trois produits.
  • Le magnésium est important avec le calcium. Il permet de limiter la déminéralisation, de calmer le stress, de tamponner l’acidose et enfin il apporte l’énergie nécessaire à la fabrication osseuse.
  • Le silicium organique G5 qui va agir sur la trame osseuse.
  • Les sels de Schüssler, comme l’homéopathie, ont également d’excellents remèdes pouvant contribuer à la lutte contre l’ostéoporose.

Enfin, il est important de savoir que la symbolique de l’ostéoporose est le sentiment de dévalorisation… Cela se voit chez les femmes au moment de la ménopause . Pour certaines, le fait de ne plus être fertiles ou encore de ne plus avoir leur cycle, leur donne un sentiment de perdre leur féminité. C’est ainsi qu’elles vivent cela très mal se sentant ainsi diminuées et dévalorisées… Par ailleurs, avec l’âge, les forces diminuent et les activités s’en trouvent d’autant limitées, ce qui donne un sentiment d’inutilité à ces personnes, qui peuvent même se considérer comme étant des fardeaux pour leurs proches. Il est important de prendre conscience de ces conflits latents et de les résoudre, ce qui contribuera également à une bonne prévention de l’ostéoporose.

Quoi qu’il en soit, il conviendra d’effectuer régulièrement des ostéodensitométries afin de s’assurer de la bonne efficacité du traitement choisi… quel qu’il soit.

Luc BODIN