Les jambes lourdes sont une des plaintes les plus fréquentes entendues dans les cabinets médicaux. Ce trouble constitue la première étape de l’insuffisance veineuse chronique (IVC) qui touche en France plus de 18 millions de personnes dont 10 millions présentent déjà des varices apparentes.
Or l’IVC est une maladie – et non un simple trouble passager - qui évolue au cours des ans et la sensation désagréable de jambes lourdes en constitue la première étape. Elle est due à la chaleur, au piétinement, aux grossesses, au surpoids… mais les notions d’âge et d’hérédité rentrent aussi en ligne de compte. Les femmes sont également beaucoup plus touchées que les hommes.
femme sport
Les jambes lourdes proviennent surtout d’une dilatation veineuse qui favorise une stase du sang chargé de toxines et de gaz carbonique. Cela donne l’impression de boulet que l’on traine au pied rendant toute activité pénible. Ce symptôme s’aggrave au cours de la journée et peut s’accompagner d’œdème des chevilles et des mollets, mais aussi d’échauffements, de crampes ou d’impatience dans les jambes voire d’eczéma et de troubles cutanés (dermite ocre - changement de couleur de la peau).
À ce stade quelques mesures simples associés à des traitements phlébotoniques vont améliorer très rapidement les problèmes évitant du même coup l’évolution autrement inéluctable, vers l’apparition de petites varicosités puis de varices. Mais même arrivés au stade variqueux, les phlébotoniques seront utiles pour ne pas dire indispensables pour sauver les veines qui sont encore efficientes. Ce traitement est à poursuivre pendant toute la saison chaude, mais aussi les périodes de souffrance. Il peut quelquefois être suspendu pendant quelques mois durant l’hiver, si les troubles ont disparu. Car l’IVC est une maladie chronique qui demande un traitement au long court pour soulager la personne et éviter l’évolution de la maladie.
Au niveau de l’hygiène de vie, de nouvelles habitudes sont à prendre : marcher tous les jours et éviter le piétinement dans la mesure du possible, arrêter le tabac, lutter contre le surpoids, traiter les constipations et les déséquilibres hormonaux, porter des chaussures confortables, éviter la chaleur (exposition au soleil, radiateur, chauffage en voiture…), avoir une alimentation légère….
Inversement, il est conseillé de rechercher la fraicheur : bain ou douche froids, sol frais… et ne pas hésiter à s’allonger en surélevant les jambes en mettant les pieds en appui sur un mur. Cette position avec une douche froide sur les jambes en fin de journée apporte immédiatement une amélioration aux jambes lourdes.  Il est possible de profiter de cette position allongée pour effectuer un massage qui part des pieds pour remonter jusqu’aux cuisses avec une pommade apportant une sensation de fraicheur comme la « crème jambes au ginseng ». En début de journée, il sera plus indiqué d’appliquer une pommade phlébotonique comme  le « gel jambes lourdes » qui, associée à un traitement interne, contribuera à améliorer la circulation sanguine.
De nombreuses plantes interviennent sur les troubles veineux comme l’hamamélis qui augmentera le tonus des veines, la vigne rouge ou les extraits de pépins de raisin qui protègeront les parois veineuses, le ginkgo biloba qui fluidifiera le sang, pour ne parler que des plus importants. Il existe maintenant d’intelligents complexes comme « Veinofort bio » qui associent plusieurs plantes intervenant à différents niveaux du trouble veineux.  Le but est de maintenir le tonus veineux et éviter les ruptures des fibres élastiques des parois veineuses qui amènent la survenue de varices qui ne sont plus solutionnables avec un simple traitement. Il faut alors recourir sur elles aux scléroses ou aux interventions chirurgicales, tout en continuant le traitement phlébotonique afin de protéger le reste du réseau veineux et d’éviter qu’il ne se détériore à son tour.
Par ailleurs, la prise de silice (extrait de prêle), de magnésium et de vitamine C (acérola) contribue au renforcement des parois veineuses, leur protection et leur régénérescence.
Ainsi ne faut-il pas attendre et commencer à se traiter dès les premières sensations de jambes lourdes. Cela contribuera à soulager les symptômes désagréables, mais surtout cela freinera une aggravation qui autrement est inéluctable.
Luc BODIN