.
L’hiver favorise le développement des virus et des bactéries. Il fatigue les organismes et induit des chutes des défenses immunitaires. Tout cela est responsable de la multiplication des infections de toutes sortes : rhumes, grippes, angines, bronchites, bronchiolites, sinusites, otites et même gastro-entérites comme elles sévissent tous les ans dans la période des fêtes.

Mais tout ceci n’est en aucune façon une fatalité. Des solutions existent, autant en préventif qu’en curatif… surtout si l’infection est traitée dès son apparition.

Commençons par la prévention, car même si l’hiver est bien avancé, les infections hivernales peuvent se manifester jusqu’aux mois d’avril-mai selon les conditions climatiques. Un traitement préventif n’est donc pas superflu.

Fotolia_79345188_Subscription_XXL

Un des piliers de cette prévention est sans aucun doute l’alimentation : des repas légers, pauvres en graisses cuites (fritures), en sucreries, en laitages (surtout bovins), en viandes grasses et en alcools permettront de soulager le foie, surtout après les réveillons, et de relancer le système immunitaire. À côté de cela, une alimentation riche en crudités, en fruits et en légumes apportera des vitamines, des oligoéléments, des antioxydants, des fibres, des substances phytochimiques… bénéfiques à l’équilibre général de l’organisme. Car une personne en bonne santé, ne sera guère touchée par les infections comme le rappelle la phrase devenue célèbre : « le germe n’est rien, mais le terrain est tout »…

À côté de ce petit régime, une activité physique régulière surtout à l’extérieur permettra de décrasser l’organisme et d’apporter une bonne oxygénation source d’énergie. Enfin, la lutte contre le stress, responsable de baisses immunitaires, est aussi souhaitable : loisirs, art, lectures, yoga, EFT, méditation, sophrologie… permettront de le contrôler.

Du côté des remèdes, le magnésium sera incontournable. C’est un minéral indispensable pour booster l’énergie du corps et remonter les défenses immunitaires. Il est préférable de lui associer de la vitamine B6 afin d’améliorer son assimilation par l’intestin.

Du côté des oligoéléments, le Cuivre-or-argent et le zinc permettront de remonter l’immunité et le soufre protègera les muqueuses de la sphère ORL. La posologie conseillée sera de 1 dose le matin en alternant les trois remèdes.

Mais des produits sont particulièrement efficaces pour relancer l’immunité. Il suffira de choisir selon ses goûts entre : l’huile de foie de requin (Alkylglycerol) ou de chimère, la plante echinaccea purpurea (en TM ou en extraits secs), le champignon japonais maïtaké, la plante aloe vera ou encore la papaye fermentée riche en antioxydants.

Il est bien sûr possible de combiner ces différents traitements, par exemple : oligoéléments le matin, magnésium le midi et huile de foie de requin le soir. Ces traitements nécessitent entre 3 à 4 semaines pour arriver à leur pleine efficacité, aussi plus tôt sont-ils commencés…

Pour ce qui du traitement curatif, un maître mot : il doit être commencé dès que les premiers signes apparaissent, même s’il n’y a, à ce moment-là, qu’un doute sur une infection débutante. Il ne faut pas attendre que les signes se soient développés pour commencer à traiter. Car, même s’il s’agissait en fait d’une fausse alerte, le traitement naturel pris n’est pas nocif et par ailleurs permettra de relancer les défenses immunitaires… ce qui n’est jamais inutile.

Le premier geste en cas d’infections hivernales est de supprimer totalement, tous les laitages, toutes les sucreries et toutes les graisses cuites pendant deux ou trois jours. Ceci est d’autant plus facile que la personne présente généralement une inappétence en début d’infection.

Il est aussi important de savoir respecter la fièvre si elle demeure supportable (en dessous de 38°5 ou 39° C selon les personnes). Car elle permet de détruire les germes et de relancer les défenses immunitaires… Elle est donc très utile.

Ensuite, de la vitamine C 100% naturelle provenant de l’acérola, du cynorrhodon ou de l’argousier, sous forme de comprimés à croquer le matin et le midi (pas le soir pour éviter les insomnies), associées à des Extraits de Pépins de Pamplemousse (EPP) dans la journée à raison de 20 gouttes 3 à 4 fois par jour permettront bien souvent d’arrêter l’infection avant qu’elle ne se développe.

Éventuellement, il sera possible de les associer en cas de fortes infections à des huiles essentielles de Thymus vulgaris, Eucalyptus polybractea ou Mentha piperita, qui existe sous forme de complexe de plusieurs huiles ou en unitaires, dans ce cas la posologie sera de 2 gouttes une ou deux fois par jour à appliquer sur la poitrine.

Ces remèdes sont très efficaces surtout s’ils sont pris dès l’apparition des troubles. On peut y adjoindre selon les besoins, un spray oral à la propolis ou des fumigations à l’eucalyptus… Quoi qu’il en soit, en cas de persistance des troubles dans les 48 heures ou a fortiori, d’aggravation, une consultation chez le médecin s’impose.

Et une fois l’infection terminée, la prise d’un traitement préventif s’imposera, car généralement l’organisme se retrouve fatigué et fragilisé, risquant une rechute, un renfort est alors indispensable.

Luc BODIN