Les pannes sexuelles dues à une absence ou une insuffisance d’érection peuvent arriver épisodiquement sans avoir à évoquer pour autant une impuissance sexuelle. Cependant, elles sont toujours mal vécues par les hommes qui se trouvent alors atteints dans leur virilité.

Il faut savoir que la cause la plus fréquente dans cette situation provient du psychisme de la personne elle-même. Les soucis, la fatigue, le surmenage, les problèmes de travail, les angoisses, les désaccords ou l’usure du couple, la frigidité chez la partenaire… sont autant de causes possibles. Mais aussi, la peur… la peur d’avoir un trouble de l’érection, la peur de ne pas y arriver, la peur de ne pas pouvoir satisfaire sa partenaire constitue aussi un mécanisme fréquent. C’est ainsi que la simple peur de la panne sexuelle, peut provoquer la panne ! Ces situations sont généralement à traiter en couple (et non seulement l’homme seul), car c’est par le partage et la discussion que le trouble s’évaporera…

Fotolia_66481381_Subscription_XXL

Devant la persistance du trouble de l’érection qui peut se manifester par une absence ou une insuffisance d’érection (rigidité insuffisante), mais aussi par un déficit du maintien de l’érection… il faudra rechercher une cause physique :

  • En premier lieu, il convient d’éliminer la prise de drogue : marijuana, héroïne, cocaïne…
  • Mais aussi l’alcool et le tabac qui sont souvent responsables de ce problème.
  • Certains médicaments peuvent aussi être à l’origine d’un trouble de l’érection : antidépresseurs, neuroleptiques, antihypertenseurs, hormones, etc. Dans ces cas, la suppression ou le remplacement du remède solutionne le problème.
  • Les causes vasculaires sont très fréquentes chez les hommes de plus 35 ans. Elle se traduit par une baisse de la rigidité des érections et une absence d’érection nocturne.
  • La baisse hormonale notamment de la testostérone qui se voit lors de l’andropause où il y a conjointement une baisse de la libido, diminution de la pilosité, développement des seins… D’autres causes plus rares peuvent être évoquées comme les excès de prolactine, d’oestradiol…
  • Les causes métaboliques sont à rapprocher des causes vasculaires. Ce sont le diabète (les troubles de l’érection en sont souvent le premier signe), le surpoids, les excès de cholestérol et de triglycérides.
  • Citons enfin, les causes neurologiques où il se produit une altération de la commande nerveuse. Cela se rencontre dans certaines maladies neurologiques, mais aussi dans les suites d’interventions chirurgicales du petit bassin, notamment les prostatectomies totales.

Fotolia_78707112_Subscription_XL

 

En cas de panne sexuelle, il convient en premier lieu de supprimer les drogues et de limiter l’alcool ainsi que le tabac. Une activité physique régulière et la perte du surpoids sont toujours indispensables. Par ailleurs, un peu de repos, de détente et de relaxation aidera à la personne de reprendre pied dans la réalité. La discussion avec la partenaire permettra de vider les non-dits et d’évoquer les aspirations et les fantasmes du couple.

Les remèdes à visée vasculaire sont toujours utiles, quelle que soit la cause. Ils amélioreront la circulation sanguine au niveau de la verge ce qui tendra à améliorer la qualité des érections. Ce mécanisme permettra aux hommes de retrouver confiance en eux et aussi de casser le cercle vicieux : panne sexuelle entraînant la peur de la panne qui génère à son tour la panne… De plus, les baisses de la vascularisation pénienne se retrouvent directement ou indirectement impliquées dans la grande majorité des troubles de l’érection : âge, andropause, diabète, hypercholestérolémie, surpoids, tabagisme…

C’est ainsi que certains produits naturels permettent d’améliorer le tonus sexuel en améliorant la circulation sanguine. Les extraits de pectine de pommes et de raisins produisent cet effet notamment grâce à une production accrue de monoxyde d’azote (NO), une substance bien connue pour son action vasodilatatrice. Pour cela, ces substances agissent à plusieurs niveaux : stockage de l’arginine, un précurseur du NO, stimulation de la production du NO et protection du NO limitant ainsi sa dégradation. Tout cela concourt à une augmentation de la concentration du NO dans les muscles. Or, il a été notamment démontré que le NO augmentait le diamètre des vaisseaux sanguins au niveau musculaire améliorant ainsi les performances et l’endurance des sportifs. Cet effet bénéfique se retrouve au niveau sexuel par une amélioration de la qualité des érections.

Fotolia_79710362_Subscription_XXL

Par ailleurs, des extraits de pectine de pommes et de raisins contiennent une forte concentration d’antioxydants notamment de polyphénols qui luttent efficacement contre l’agression des radicaux libres responsables du vieillissement de l’organisme. Ce mécanisme contribuera également à prévenir les effets de l’âge sur la qualité des érections.

Il peut être intéressant d’associer à ces produits vasodilatateurs, des substances améliorant la libido ce qui potentialisera leur effet. Les plantes comme le damiana, le gingembre, le ginseng… ont largement démontré leur efficacité en la matière. Les oligoéléments de zinc, pour leur part, stimuleront la production hormonale naturelle.

Ce ne sera qu’en cas d’échec de ces traitements simples, mais efficaces, qu’il faudra envisager des mesures plus radicales comme le Sildénafil (Viagra, inhibiteur de la phosphodiestérase), les alpha-bloquants (Yohimbine), la prise de traitement hormonal (androgène), les injections intra-caverneuses (dans la verge) voire les prothèses péniennes…

Luc BODIN