L’œil, comme tout l’organisme, vieillit avec les années. La Dégénérescence Maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans. Elle se caractérise par une baisse de l’acuité visuelle (difficulté à percevoir les détails, vision floue), une diminution de la sensibilité aux contrastes (besoin de plus de lumière pour lire, vision plus terne, comme jaunie) associée à une déformation des lignes droites. Ensuite, une tache noire apparaît au centre du champ de vision correspondant à l’atteinte de la macula (zone de la rétine permettant la meilleure acuité visuelle). Le début de la maladie peut passer inaperçu s’il ne touche qu’un seul œil.

femme avec blouse

Il est indispensable de consulter un médecin ophtalmologie dès les premiers symptômes. Car les traitements proposés permettent au mieux d’arrêter l’évolution, mais pas le retour à la normale…

Il existe deux formes de DMLA :

1. La forme exsudative qui est due à la diffusion de liquide à partir des vaisseaux sanguins exubérants se développant dans la macula. Cette forme est beaucoup plus rare que la forme sèche. Le traitement proposé est généralement le laser (quelquefois la chirurgie). Maintenant les anti-VEGF, qui sont des substances antiangiogéniques c’est-à-dire qui s’opposent la prolifération vasculaire, sont souvent indiqués en première intention. À signaler que le curcuma possède aussi un certain effet antiangiogenique. Il pourrait être indiqué dans cette forme de DMLA. Quoi qu’il en soit des traitements complémentaires sont souhaitables pour enrayer la maladie et éviter les récidives.

2. La forme atrophique (atrophie de la macula) ou forme sèche, qui évolue lentement. Elle est de loin la forme plus fréquente, ce qui fait souvent oublier la forme exsudative lorsque l’on parle de DMLA. Elle se caractérise par une atrophie progressive de la macula. 

Le traitement (et la prévention) va comporter :

  • La suppression de l’alcool, la lutte contre le surpoids (qui sont deux facteurs de risque de la DMLA) et l’arrêt du tabagisme (il y a 3 fois plus de DMLA chez les fumeurs) et l’évitement de l’exposition aux polluants et au soleil (port de chapeau et de lunettes de soleil protectrices aux rayons ultraviolets) seront déjà les premières mesures.
  • L’exercice physique améliore la santé cardiovasculaire et l’oxygénation du corps ce qui permet une bonne prévention de la DMLA.
  • Le régime de type méditerranéen est conseillé, car il est particulièrement riche en fruits, légumes et crudités (riches en antioxydants), poissons gras riches en oméga 3 (saumon, hareng, sardine…) et huile d’olive riche en acides gras monoinsaturés et en oméga 6.
  • La prise d’antioxydants souvent à doses fortes est essentielle. Les antioxydants protégeront la macula de l’attaque des radicaux libres. Ce sont :
    • le bêta-carotène et le lycopène qui sont deux antioxydants, précurseurs de la vitamine A et qui ont une attirance particulière pour les yeux.
    • la vitamine C (naturelle comme l’acérola et non effervescente) et la vitamine E naturelle.
    • le zinc qui est particulièrement intéressant pour son pouvoir régénérateur. Il peut être pris par voie générale ou sous forme de gouttes ophtalmiques.
    • le sélénium qui  a aussi une action détoxifiante.
  • Les traitements vasculaires, notamment les vasodilatateurs et les oxygénateurs qui vont dilater les artères et les artérioles et améliorer l’oxygénation des tissus, notamment de la rétine. Le meilleur remède est sans conteste le Gingko Biloba.
  • Des plantes sont très intéressantes en cas de DMLA :
    • La carotte, riche en bêta-carotène, un anti-oxydant particulièrement important pour la vision. Elle était autrefois réputée pour améliorer la vision nocturne.
    • La tomate, surtout le coulis et la sauce tomate. Elle est riche en lycopène, un antioxydant plus puissant que le bêta-carotène et qui présente une forte attirance pour l’œil.
    • La myrtille fortifie la rétine et protège les vaisseaux sanguins de l’œil.
    • Les légumes verts et jaunes : choux, épinards, brocolis, maïs… sont riches en pigments maculaires : la lutéine et la zéaxanthine. Ils préviennent l’usure de la rétine et diminuent le risque de DMLA.
    • Les pépins de raisin et la vigne rouge  auraient aussi un intérêt dans les formes sèches.

A signaler que les différents produits : lutéine, rhéaxanthine, lycopène, bêta-carotène et antioxydants sont souvent réunis sous forme de produits pharmaceutiques vendus dans le commerce.

  • En homéopathie, Œil total (ou Rétine) 4CH et Artère 4CH à raison de 3 granules de chaque, une ou deux fois par jour selon l’importance des symptômes.
  • Les autres produits importants :
    • le silicium organique qui permet la régénération des tissus.
    • les acides gras polyinsaturés oméga 3 comme l’huile de périlla, l’huile de poisson sont associés à un moindre risque de DMLA…, mais aussi les oméga 6 comme l’huile de Bourrache… Ils ont une action anti-inflammatoire et antioxydante. Ces acides gras permettent aussi d’assouplir les globules rouges améliorant ainsi l’oxygénation des tissus.
    • le cuivre pour son action anti-inflammatoire.
    • le germanium ou le bol d’air Jacquier par l’amélioration de la disponibilité de l’oxygène sanguin pour les cellules.
    • les vitamines B : B6, B9 (acide folique) et B12 réduiraient le risque de survenue de DMLA.
  • un bilan général est toujours indispensable, notamment cardio-vasculaire, car une mauvaise circulation est souvent à l’origine de la DMLA, comme une attaque des radicaux libres. Il faudra vérifier notamment l’absence d’hypertension artérielle, de diabète et d’excès de cholestérol et de triglycérides.
  • une rééducation de la vision et des séances d’acupuncture peuvent aussi être bénéfiques.
  • Actuellement, est à l’étude une méthode consistant à greffer des cellules souches embryonnaires au niveau de la macula. Les premiers résultats semblent prometteurs.

Luc Bodin