Les bouffées de chaleur sont très fréquentes lors de la ménopause. Leur intensité et leur nombre sont très aléatoires d’une femme à l’autre. La fatigue, le stress, les émotions, la digestion et la chaleur sont des facteurs aggravants ou déclenchants.

Les bouffées de chaleur s’accompagnent souvent de sueurs abondantes qui peuvent survenir pendant les bouffées ou après, voire aussi la nuit.

Fotolia_63884574_Subscription_XXL

Des solutions simples existent :

  • Homéopathie : plusieurs remèdes peuvent convenir contre les bouffées : en premier lieu Belladonna 5CH, mais aussi selon les cas : Sanguinaria, Jaborandi, Melilotus, Lachesis, Salvia, Equisetum… contre les transpirations : Pilocarpus, Lilium trigrinum…
    Les remèdes sélectionnés seront pris en unitaire ou en préparation magistrale : 3 granules avant les 3 repas et 3 granules si bouffées de chaleur – espacer les prises dès amélioration.
  • Climaxol ou Lachesis complexe sont des préparations homéopathiques vendues en pharmacie et qui rendent aussi bien des services : 20 gouttes avant les 3 repas avec un peu d’eau de source.
  • Huile essentielle de Mentha Piperata, d’Artemisia vulgaris et/ou de salvia officinalis. Cette dernière est très intéressante également en cas de transpiration excessive. Posologie : 2 gouttes à appliquer sur le bas-ventre matin et soir.
  • Gemmothérapie : Sorbus domestica, Castanea vesca et Rubus ideaus en bougeons macérat glycériné 1D, sont indiqués par exemple à raison de 50 gouttes de chaque par jour dans un peu d’eau de source.
  • Poconéol : 7 + 14 + 50 : 15 gouttes de chaque par jour dans le même verre d’eau.
  • Plantes : la sauge  pour la transpiration, l’actée à grappe noire (actea racemosa) et les graines de lin pour les bouffées sans oublier bien sûr le soja…
  • Des complexes vendus en pharmacie, comme Yméa, Effi-onagre, SMP 6000 sont aussi très intéressants. Ils associent souvent des plantes, des vitamines B et de l’huile d’onagre.
  • Neuroleptiques, antidépresseurs, antihypertenseurs sont quelquefois utilisés, mais je les déconseille dans cette indication, du fait de leurs effets secondaires.
  • La prise de traitement hormonal peut se discuter dans les cas rebelles, intenses et persistants.

 

Luc Bodin