.

Il est aujourd’hui bien établi que le tabac est responsable de nombreux cancers du poumon. Un fumeur aurait jusqu’à 20 fois plus de risques de développer cette maladie qu’un non-fumeur.

Fotolia_76065828_Subscription_L

Une équipe anglaise a fait la synthèse de travaux réalisés sur les facteurs pronostics du cancer du poumon. Ils ont ainsi pu établir que la survie à 5 ans des patients  présentant un cancer du poumon (non à petites cellules) qui continuaient de fumer était de 33 %, alors que ceux qui avait arrêté de fumer à l’annonce du cancer, avaient un taux de survie de 70 %.
Concernant l’autre variété de cancers du poumon (à petites cellules), les résultats étaient similaires : 29 % contre 63 %.

Certaines études auraient également démontré que le tabagisme pendant un cancer aggravait l’évolution du cancer, mais aussi augmentait les risques de développer des métastases… Donc l’arrêt du tabac est utile quelque soit le stade du cancer.

Il est important de rappeler que le cancer du poumon atteint 25.000 personnes par an en France, ce qui le place en deuxième position en ce qui concerne les cancers masculins en terme de fréquence. Mais, on estime que les femmes vont développer de plus en plus de cancers du poumon compte tenu d’un tabagisme grandissant chez les jeunes ces dernières années. Le cancer du poumon est également très répandu dans le monde. Ainsi, la cigarette est responsable de 90 % des cancers du poumon. Mais elle est aussi cause de nombreux autres cancers : cancer de la gorge, de la bouche, de la vessie, du col utérin, du sein…

Luc Bodin