Docteur Luc BODIN

Après un excès alimentaire, une indigestion survient fréquemment la « crise de foie ». Il s’agit là sans doute, d’une exception française, car cette « maladie » n’est pas reconnue dans les pays étrangers. Elle se traduit essentiellement par une perte d’appétit, des nausées voire des vomissements, aggravés par les odeurs ou la simple évocation de nourriture, une fatigue, une bouche sèche et souvent un mal de tête… Vous l’avez compris cette « crise de foie » peut prendre l’aspect dans les cas extrêmes, d’une « gueule de bois ».

Fotolia_78297279_Subscription_XL

La cause en revient souvent aux excès de nourriture : chocolat, fritures, sucreries, pâtisseries, plats en sauce et bien sûr alcool. Mais cela n’est pas vrai pour tout le monde. Pour certains, il peut s’agir simplement d’un aliment qui n’est pas bien « passé », peut-être parce que ce produit n’était pas de bonne qualité, ou bien était-ce dû à une intolérance personnelle.

Quoiqu’il en soit quelques petits conseils permettront de retrouver rapidement la forme. D’abord, une diète s’impose : ne prendre par exemple que quelques bouillons ou jus de légumes pendant un ou deux jours, permettra à l’organisme de surmonter cette crise. Boire beaucoup d’eau de préférence des eaux de source, par petites quantités tout au long de la journée. L’idéal est aussi de faire une belle promenade dans la nature pour respirer, prendre le frais et éliminer…

Au niveau des remèdes, le fumeterre sous forme d’Oddibil par exemple, est très intéressant (2 comprimés avant les 3 repas) pour son action sur la vésicule biliaire. Car en fait, la crise de foie devrait plutôt s’appeler la « crise de vésicule biliaire ».
Il pourra être complété par le Nuxvomica 7CH à raison de 3 granules lors des nausées aussi souvent que besoin.

Fotolia_73781720_Subscription_XXL
Enfin du Chlorumagène, un précurseur du chlorure de magnésium, apportera l’énergie, mais aussi son effet laxatif assurera un bon transit intestinal (1/2 cuillère à café le matin à jeun) qui pourra servir de purge. Il conviendra toutefois d’être prudent, car cette « crise de foie » peut aussi correspondre à un début de gastro-entérite, un trouble qui coure aussi dans nos pays durant cette période. Elle nécessite la prise de probiotiques plutôt que du Chlorumagène.

Luc Bodin