L’acné est une maladie chronique de la peau, évoluant par poussées. Elle touche le visage et le haut du corps, principalement lors de la puberté. 80% des adolescents sont ainsi touchés à des degrés divers par cette maladie. Mais également, une femme adulte sur cinq est atteinte notamment à la suite de dérèglements hormonaux.

L’acné est due à une inflammation

  • des follicules pileux, pores où se trouvent les poils de la peau
  • des glandes sébacées qui sont des glandes produisant le sébum, une substance grasse donnant sa souplesse à la peau.

Il existe des formes sévères et/ou étendues qui ont ainsi un fort retentissement psychologique et social. Elles peuvent être responsables d’altérations importantes de la qualité de vie et d’état anxiodépressif.

homme avec medic

Les 3 étapes de l’acné

L’acné se développe en trois étapes successives :

1.   D’abord un excès de sécrétion séborrhée favorisée par un contexte
androgénique (hormone masculine).

2.  survient ensuite une obstruction du canal pilaire par une kératinisation. Cela induit une rétention au niveau de la partie basse du follicule pileux dans lequel s’accumulent des sécrétions. Cette rétention induit des comédons ouverts (points noirs) ou fermés (microkystes).

3.    Une inflammation se déclare qui se présente sous la forme de boutons (papules), c’est-à-dire des lésions rouges superficielles mesurant environ 5 mm. Enfin, une infection par un germe, le Propionibacterium acnes, survient et produit des pustules. Cette infection a tendance à se propager sur la peau. C’est pourquoi il ne faut jamais gratter ces boutons sous peine de favoriser la dissémination de l’infection et de produire des cicatrices indélébiles. Il convient par contre de les sécher et de les désinfecter.

Les lésions atteignent surtout le visage, le cou, les épaules, le dos et quelquefois la face antérieure du thorax. Il existe d’exceptionnelles complications de type rhumatisme acnéique.

La prise en charge thérapeutique doit être précoce et efficace pour éviter la survenue de cicatrices définitives, mais aussi pour lutter contre la gêne psychologique et sociale que cette maladie induit.

Aucun examen de laboratoire n’est indiqué en cas d’acné. Quelquefois des investigations hormonales sont nécessaires lorsqu’il existe des signes importants d’hyperandrogénie, notamment chez la femme.

 

Luc Bodin