Le mot diabète recouvre en fait diverses situations qui sont à différencier du moins à leur départ :

  • Le diabète de type 1 ou Diabète Insulino-dépendant (DID), encore appelé quelquefois diabète juvénile ou diabète maigre
    • 100 000 personnes touchées en France.
    • touche les jeunes, mais ce diabète commence à atteindre aussi les adultes.
    • progression de 78 % chez les très jeunes enfants de 0 à 4 ans en 10 ans. Le nombre pourrait doubler d’ici 2020.
    • dû à une insuffisance de sécrétion d’insuline. Normalement, l’insuline est une hormone chargée d’éliminer le glucose. Elle est sécrétée par les cellules bêta de Langerhans du pancréas. Or, dans le diabète de type 1, celles-ci sont détruites par des processus infectieux, toxiques ou surtout à la suite de réaction auto-immune.
    • à signaler que la vitamine D permettrait de réduire l’incidence de ce type de diabète chez les enfants (surtout entre 7 et 12 mois).

Fotolia_57052636_Subscription_XXL

  • Le diabète de type 2 ou diabète non-insulino-dépendant (DNID) encore appelé diabète gras ou diabète de la cinquantaine
    • environ 2,5 millions de personnes en France.
    • touche les personnes surtout après 50 ans… ce qui est de moins en moins vrai ce type de diabète se rencontrant de plus en plus jeune… voire des enfants à cause de la sédentarité, du surpoids et de la mauvaise alimentation.
    • plus ou moins génétique selon les personnes.
    • caractérisé par une insulino-résistance, c’est-à-dire que les cellules de l’organisme deviennent de moins en moins sensibles à l’insuline, puis dans un deuxième temps, une baisse de la sécrétion de cette hormone.
  • Le diabète gestationnel est un cas particulier. Il se manifeste au cours du 2e ou du 3e trimestre de la grossesse et disparaît généralement après l’accouchement. Cependant il peut poser des complications pour la mère comme pour le développement de l’enfant, d’où son dépistage systématique lors de toute grossesse.
  • À signaler que le diabète insipide n’a rien à voir avec le diabète que nous évoquons ici. Il est dû à une insuffisance de l’hormone antidiurétique, ce qui occasionne des urines abondantes, comme en cas de diabète de type 1 et 2, d’où le nom de « diabète » qui lui a été donné. La glycémie demeure toujours normale dans un diabète insipide.

Luc Bodin