Le zona est caractérisé par une éruption vésiculeuse qui est souvent très douloureuse et qui s’étend sur le territoire d’un (ou plusieurs) nerf ou d’un ganglion sensitif. Il est dû à la réactivation d’un virus, le VZV (Varicella Zoster Virus) de la famille de l’herpès virus, qui s’est introduit dans l’organisme à la suite d’une varicelle souvent contractée dans l’enfance.

Les séquelles douloureuses d’un zona peuvent durer très longtemps et être très invalidantes.

Le zona aussi appelé « herpès zoster » est une infection virale qui atteint un (ou plusieurs) nerf et qui se manifeste par une éruption constituée de papules rouges surmontées de vésicules sur son (ses) territoire(s) cutané(s).

Sa localisation est très variable. Classiquement il atteint le thorax, l’abdomen, voire le cou, puis peut s’étendre vers un bras ou une jambe. Mais il peut toucher également des zones plus gênantes comme la tête, l’œil (zona ophtalmique) ou les organes génitaux.

Son extension est variable, pouvant aller de quelques vésicules à l’atteinte de tout un hémicorps.

Il touche préférentiellement les personnes de plus de 50 ans, autant les hommes que les femmes. Ce sont surtout les personnes qui présentent des baisses, voire des déficits immunitaires comme dans les suites de maladies, de traitements ou de stress prolongé, qui seront atteintes. Les personnes malades du Sida ou de cancers principalement sous chimiothérapie ou radiothérapie présentent souvent des éruptions étendues et douloureuses.

femme triste 

Histoire de la maladie :

Le zona est dû à un virus le VVZ qui s’est introduit dans le corps lors d’une varicelle survenue généralement dans l’enfance. La maladie évolue en plusieurs phases :

  1. Une varicelle (voir notre numéro consacré à cette maladie) souvent banale. Mais une fois celle-ci terminée, quelques VVZ demeurent au sein de quelques ganglions sensitifs et demeurent là quiescents.  

  2. Une longue phase de sommeil. Le virus demeure inerte pendant des années (10, 20, 50 ans), voire même définitivement. Car toutes les personnes ayant fait une varicelle ne feront pas nécessairement de zona plus tard (seulement 10% le feront). En revanche, toutes les personnes faisant un zona ont eu obligatoirement une varicelle (pouvant être passée inaperçue ou non diagnostiquée) dans le passé. On peut penser que durant toute cette période de sommeil, les défenses immunitaires étaient suffisamment puissantes pour empêcher le développement du virus. 

  3. Le virus se réveille, se développe et déclenche un zona. Mais cela survient généralement lorsque le système immunitaire est déficient comme dans les suites de maladies, d’infections, de fatigue, de stress intense (choc émotionnel, deuil…), de cancer de radiothérapie, de chimiothérapie, de traitements (immunosuppresseurs, cortisone), de sida, mais aussi de l’âge.

  4. Les suites du zona peuvent être simples et sans séquelle. Quelquefois, des douleurs résiduelles demeurent pendant de longues périodes, voire à vie.

  5. En général, le zona ne récidive pas. Mais dans de rares situations (1% des cas), il a été vu des VZV qui se réactivaient à plusieurs reprises en général sur des territoires nerveux et cutanés différents

 

Luc Bodin