Des traitements naturels,  associés avec les règles hygiéno-diététiques précédemment décrites, peuvent dans certains cas éviter le passage aux antihypertenseurs. De même, leur instauration avec un traitement antihypertenseur permet quelquefois la diminution de celui-ci. 
jus de légume
  • L’alimentation est le premier point. Une alimentation de type méditerranéen riche en fruits et légumes et pauvre en acides gras saturés est largement conseillée. Les fruits et les légumes sont riches en potassium, un minéral antagoniste du sodium, minéral favorisant l’HTA. Les acides gras insaturés (poisson, huile d’olive, de colza, de noix) génèrent les prostaglandines de type 1 et 3 qui sont bénéfiques pour la santé. Enfin, l’ail, les noix et la cannelle ont démontré des actions positives contre l’HTA. 
    
    
  • Les nutriments sont également très importants :
    • Les vitamines B6, B9 et B12 en cas d’augmentation de l’homocystéine.
    • La vitamine D en cas de carence.
    • Le potassium est l’antagoniste du sodium. Il a été prouvé que les carences en potassium favorisaient l’HTA. Il faudrait donc impérativement tenir compte de l’équilibre Na/k (sodium-potassium) dans l’alimentation des hypertendus (voir ci-dessus). Il serait aussi possible d’utiliser des sels de potassium au cours des repas plutôt que les sels de sodium (en vente en pharmacie après avis de son médecin).
    • Le magnésium (par exemple Chlorumagène ½ cuillère à café/j) est un minéral essentiel pour la vitalité générale et la réalisation de nombreuses réactions chimiques au sein de l’organisme. Il agit aussi sur la contraction et le rythme cardiaque ainsi que sur son oxygénation. 
    • La vitamine E et le Co-enzyme Q10 en prévention des problèmes cardiovasculaires. 
      
      
  • Les plantes ont également un rôle important à jouer : 
    • l’ail, l’olivier et la petite pervenche sous forme de poudre de plante (2 à 4 gélules/j selon les origines) ou de teinture mère (50 gouttes 2 à 3 fois/j) ont été reconnus efficaces sur l’HTA.
    • La piloselle, l’orthosiphon ou le fucus vésiculosus en teinture mère (50 gouttes 2 à 3 fois/j) sont des plantes diurétiques pouvant aider à faire baisser la tension.
    • La valériane, la passiflore, la camomille ou l’aubépine en teinture mère (50 gouttes 2 à 3 fois/j) sont des plantes relaxantes pouvant aider par ce biais à faire baisser la tension en cas de HTA liée à un stress par exemple. 
      
      
  • Les huiles essentielles sont aussi intéressantes comme HE citron, lavande, marjolaine, ylang-ylang à raison 2 gouttes du mélange 2 fois par jour ou/et HE lavande 2 gouttes matin et soir en applications locales.
    
  • La gemmothérapie :
    • Olea europea bourgeons macérat glycériné 1D : 50 gouttes/matin.
    • Prunus amygdalus bourgeons macérat glycériné 1D : 50 gouttes/soir.
      
      
  • Les oligoéléments assurent un traitement de fond remarquable. Il y a trois oligoéléments principaux : manganèse, manganèse-cobalt et cobalt à raison d’une ampoule le matin à jeun en alternant ces 3 produits. 
    
    
  • L’homéopathie n’a qu’une efficacité très relative : 
    • Phosphorus triiodatus 5CH : 3 granules /matin.
    • Aurum met 5CH : 3 granules /midi.
    • Crataegus oxyacantha 5CH : 3 granules/soir.
      
      
  • Il existe aussi des complexes intéressants contre l’HTA en vente en pharmacie comme :
    • Oliviase : 1 à 2 comprimés matin et soir
    • Artérase : 1  à 2 comprimés aux trois repas. 
    • Sclérodrainol : 15 gouttes avant les 3 repas.
    • Uranium composé : 15 gouttes avant les 3 repas.
    • Kalium iodatum complexe : 15 gouttes avant les 3 repas.
      
      
  • La sophrologie et la méditation ont démontré une action sur l’HTA. La méditation serait même capable de faire baisser la tension artérielle systolique (le premier chiffre) de 4,7 mmHg et la tension artérielle diastolique (le deuxième chiffre), de 3,2 mmHg, ce dont beaucoup de médicaments anti-hypertenseurs aimeraient s’enorgueillir ! 
Luc Bodin