.

Les traitements naturels devraient être instaurés systématiquement en même temps que les traitements conventionnels. Car ils vont aider les personnes malades à bien supporter leur traitement conventionnel en soulageant de manière simple naturelle les nausées, la chute des globules blancs et rouges, la fatigue, les troubles coliques, la baisse de l’appétit…

 Fotolia_63823073_Subscription_XXL

Cela permettra aussi de poursuivre ces traitements conventionnels à pleine dose et pendant tout le protocole prévu, ce qui leur donnera un maximum de chance de réussite.

Les traitements naturels peuvent aussi renforcer l’effet des traitements anticancéreux (les rendre plus efficaces), mais aussi avoir des actions propres contre le cancer, sans oublier leur action sur le terrain cancéreux qui a permis au cancer de se développer.

Parmi les nombreux traitements proposés actuellement, il est possible d’avancer principalement :

  • Le régime méditerranéen comme alimentation de base (surtout les fruits et les crudités, l’huile d’olive, les fibres).
  • Une activité physique régulière et une bonne oxygénation (respiration).
  • L’arrêt du tabagisme, une consommation modérée d’alcool…
  • La prise d’antioxydants (sélénium, bêta-carotène, vitamines C et E, oméga 3) en dehors des chimiothérapies et radiothérapies.
  • Les traitements Beljanski.
  • La propolis.
  • Le germanium et le molybdène.
  • Le Desmodium ou la Cocculine pour le foie et les nausées.
  • Le Maïtaké ou le Shiitaké.
  • La formule C1 et C2 de la micro-immunothérapie.
  • La vitamine D
  • La bromélaïne et les extraits de melon.
  • Le viscum album des anthroposophes.

 Fotolia_70913631_Subscription_XXL

Bien d’autres thérapies semblent aussi très intéressantes et très prometteuses, mais elles manquent d’études suffisantes… comme la vitamine C à haute dose (en intraveineuse), la high pH therapy, le protocole du Dr Rath, l’eau oxygénée, le bicarbonate du Simoncini, la cure de Breuss, la vitamine B17, l’huile de requin, la pyrothérapie, les acides de Le Fol… sans oublier les champs électromagnétiques pulsés, l’oscillateur à ondes multiples de Lakowsky, la thermothérapie… pour ne parler que des plus connus. Enfin, le régime sans polyamine est d’un intérêt très important pour faire régresser les cancers évolués. Il est regrettable que les recherches actuelles ne s’orientent pas vers ces domaines…

Par ailleurs, la médecine énergétique, l’acupuncture, l’homéopathie, la phytothérapie seront des alliés importants dans de nombreuses circonstances.

 Fotolia_35883513_Subscription_XXL

Sur le plan psychologique, les traitements naturels aideront à surmonter le choc de l’annonce, à accepter sa maladie, à trouver ses ressources pour relancer le désir de guérison, à travailler sur les croyances limitantes et ses valeurs, à surmonter son stress, à (re)trouver le sens de sa vie, à apprendre à vivre avec son cancer et aussi à retrouver et solutionner l’éventuel conflit déclenchant.

Les conflits les plus fréquemment rencontrés sont pour une droitière : pour le sein gauche, un problème ou un souci avec/pour les enfants ou sa mère ; pour le sein droit, un problème ou un souci  avec/pour son conjoint ou le genre humain d’une manière générale. Mais attention, selon le tissu touché par le cancer du sein, le conflit ne sera pas exactement le même. Les conflits indiqués ici ne correspondent qu’aux plus fréquents. 

Pour ce soutien psychologique, il est possible de faire appel à la psychothérapie, la PNL, la pensée positive, la symbolique de la maladie, la visualisation, la sophrologie, le Qi Gong, l’art-thérapie, l’EFT, le TAT, les fleurs de Bach… voire aussi la prière et la spiritualité pour les personnes qui en ressentent le besoin.

Cette maladie oblige à bouger, à changer, à évoluer… à adopter un nouveau mode de vie, une nouvelle manière de voir la vie… ce qui permet de changer le terrain. En effet, une étude récente vient de démontrer que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui adoptaient un mode de vie sain et suivaient un soutien psychologique modifiaient leur gène favorablement. Des oncogènes se fermaient (s’inhibaient) déjà au bout de 3 mois de ce régime… Ceci démontre parfaitement que les changements de conduite de vie et de pensée sont capables de changer un terrain cancéreux… ce qui constitue un immense espoir pour l’avenir.     

Cela ne remplacera pas les traitements conventionnels, mais les complétera efficacement.

Dr Luc Bodin