.

Le cancer du sein est une des maladies qui produit le plus de crainte dans l’esprit de nombreuses femmes et cela à juste titre parce que certaines études affirment qu’une femme sur 9 aura un cancer du sein avant l’âge de 90 ans.

D’ailleurs, les chiffres parlent d’eux-mêmes, le nombre de cancers du sein a augmenté de 100% en 20 ans (de 1980 à 2000). Il y a actuellement 42 000 nouveaux cas de cancer du sein et 1 .000 décès par an en France (première cause de mortalité chez la femme).           
En revanche, la guérison est obtenue chez 90% des femmes présentant une tumeur mesurant moins d’un centimètre et sans atteinte ganglionnaire… ce qui prouve toute l’importance d’un dépistage précoce.

 Couple using badge to support AIDS or breast cancer

Les causes :

Les causes connues du cancer du sein sont aussi nombreuses que variées. Les principales sont :

  • l’âge,
  • le sexe féminin évidemment (mais les hommes représentent 1% des cancers du sein),
  • les antécédents personnels de cancer du sein, de l’ovaire ou de l’endomètre,
  • les antécédents d’irradiation mammaire (radiothérapie, radiographies, radiations cosmiques chez les hôtesses de l’air),
  • l’hérédité (présence des gènes mutés BRCA1 et/ou BRCA2 surtout, mais aussi ATM, p53..) qui représente 7% des cancers du sein,
  • les antécédents familiaux de cancer du sein,
  • l’absence de grossesse,
  • la première grossesse après 35 ans,
  • l’absence d’allaitement,
  • les premières règles précoces (avant 15 ans),
  • la ménopause tardive (après 55 ans),
  • les mastopathies (anomalie de la glande mammaire : congestion, inflammation, formation de kyste, nodule),
  • l’alcool,
  • le tabac,
  • le surpoids,
  • l’alimentation riche en graisses surtout en graisses trans,
  • la pilule contraceptive pendant l’utilisation et les 10 ans qui suivent
  • le traitement hormonal substitutif (THS).

Les causes non reconnues sont également nombreuses et souvent bien documentées comme :

  • les antécédents d’avortement,
  • la pollution (les pesticides en particulier et les substances perturbatrices endocriniennes)…
  • les déodorants appliqués sous les bras,
  • le paraben contenu dans les pommades appliquées sur la poitrine,
  • les soutiens-gorges trop serrés,

et d’autres encore comme le stress, une personnalité particulière correspondant à des personnes « trop gentilles » qui s’oublient au profit des autres (font toujours passer les autres avant elles), mais aussi un choc psychologique survenant quelques mois avant l’apparition du cancer est très souvent décrit…

Dr Luc Bodin