.

Surveillance du cancer du sein :

Une fois le traitement réalisé, une surveillance est instaurée d’abord tous les trimestres puis progressivement tous les ans. Elle consiste, outre l’examen clinique réalisé par le médecin, à une prise de sang : globules rouges et globules blancs, plaquettes, bilan rénal et bilan hépatique.

C’est à ce moment que prennent toute leur valeur les marqueurs tumoraux. Le CA 15-3 est le plus ancien et le plus classique. À celui-ci s’ajoutent les antigènes tissulaires polypeptidiques (TPA), et tissulaires polypeptidiques spécifiques (TPS). Une élévation de ceux-ci pouvant inaugurer une récidive tumorale.

Une mammographie ou une échographie ou une IRM du sein restant et du sein contro-latéral est régulièrement demandée ainsi qu’une échographie du foie et une radiographie pulmonaire, en vue de surveiller les principaux sites de métastases du cancer du sein. Des scintigraphies osseuses et des radiographies osseuses ainsi que des scanners ou des IRM cérébraux peuvent être aussi demandés selon les circonstances présentées. Ces examens sont généralement effectués tous les 3 à 6 mois au début puis tous les ans pendant plusieurs années. Car, le cancer du sein a ceci de particulier que les récidives peuvent survenir de nombreuses années plus tard, jusqu’à 20 ou 25 ans…             

Des tests sur les tumeurs opérées sont actuellement mis au point (Oncotypt, Signature d’Amsterdam). Ils permettront de déterminer les risques de récidives. Cela pourrait éviter bien des chimiothérapies… à suivre.

L’évolution du cancer du sein :

L’évolution dépend essentiellement du stade du cancer au moment du diagnostic : taille de la tumeur, envahissement ganglionnaire, métastases (et micrométastases), grade histologique, statut des récepteurs hormonaux, surexpression de certains oncogènes comme le ERB-2, âge, état général, pathologies associées, antécédents personnels…

Tout est possible, depuis l’aggravation progressive, jusqu’à la disparition totale du cancer. Mais des récidives locales sont toujours possibles, tout comme la survenue de métastases (os, foie, ganglion, poumon, cerveau). Enfin, l’apparition d’un deuxième cancer du sein est aussi une probabilité.

Cependant, il faut savoir ne pas se laisser enfermer dans un pronostic qui ne sera toujours que statistique. L’évolution appartient à chaque personne…


Dr Luc Bodin