.

Le 45ème congrès de la Société Américaine d’Oncologie Clinique (ASCO) a eu lieu en mai dernier à Orlando aux Etats-Unis. Il s’agit de la plus importante manifestation en cancérologie qui est attendue tous les ans par tous les cancérologues du monde entier. Les études présentées, près de 4.000 cette année, concernent les nouveaux traitements et protocoles de soins, les médicaments, la qualité de vie des personnes malades, la génétique, le dépistage et la prévention.

Lors de ce congrès, une étude  américaine suggère que le gingembre (Zingiber officinale) soit capable de réduire le risque de nausées et de vomissements occasionnés par la chimiothérapie. Le gingembre commun était déjà connu pour son effet sur l’inflammation du tube digestif. Cette étude effectuée contre placebo a démontré maintenant l’action de la prise de 0,5 et 1 gramme de gingembre par jour sur les nausées chimio-induites . L’effet est ressenti dès les premiers jours de prise.

 for better or worse          

De plus, en cas d’inefficacité des traitements anti-nauséeux classiquement donnés au cours d’une chimiothérapie (Setron, corticoïdes, neuroletiques, Emend…), il est conseillé d’avoir recours à d’autres techniques « comme l’acupuncture, l’auriculothérapie, l’hypnose, qui peuvent peuvent apporter un soulagement à nos patient » déclarait le Dr Florian Scotte oncologue à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris lors du du congrès 2009 de l’ASCO.

Dr Luc Bodin