.

Des traitements naturels, une alimentation équilibrée, des conseils simples permettent déjà des améliorations importantes de la sclérose en plaques (SEP). Ils s’associeront aux traitements conventionnels.

* un régime Kousmine et/ou Seignalet est indispensable, pour éliminer les toxines de l’alimentation et reconstituer les intestins qui sont souvent à l’origine de la sclérose en plaques.

* l’ablation de tous les amalgames dentaires a montré des améliorations très importantes dans les troubles dus à la SEP. Mais attention, les extractions doivent être réalisées en plusieurs temps et en respectant des règles strictes pour éviter toute contamination au mercure pendant leur réalisation, sinon le remède serait pire que le mal…

Fotolia_80957467_Subscription_XXL

* la prise d’huile d’onagre est toujours nécessaire en cas de SEP. Elle participe à la régénération des gaines de myéline des neurones détruites dans cette maladie.

* des antioxydants à doses fortes (SOD, acide alpha-lipoïque, co-enzyme Q10, concentré de melon) qui protégeront les neurones des attaques des radicaux libres et source de destruction de la gaine de myéline.

* des vitamines B, D et le zinc… le magnésium… pour relancer la reconstitution des neurones.

De plus, il est toujours important de s’éloigner de toutes les sources de champs électromagnétiques (appareils électriques, électricité, téléphone portable, ordinateur…) qui peuvent aggraver l’irritation des nerfs atteints et donc les douleurs et les impotences fonctionnelles de la maladie. Il faut pour cela débrancher les appareils et ne pas simplement les éteindre lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
Ce fut le Dr Jean Pierre Maschi qui le premier en 1967, mit en évidence la responsabilité de la pollution électromagnétique (terme qu’il a inventé) sur la sclérose en plaques (voir son site www.jeanpierremaschi.com)

En cas de sclérose en plaques, il faut aussi rechercher une infection chronique cachée : Lyme, mycose ou mycoplasmose… qui peut être à l’origine de la maladie.

Une recherche de la symbolique de la maladie est toujours nécessaire pour comprendre le sens et les raisons de sa survenue.

Par ailleurs, contrairement à ce qui est souvent dit : le vaccin de l’hépatite B ne produit pas la SEP. Il ne « donne » pas la SEP. Par contre, il peut réveiller les gènes de cette maladie, qui étaient présents à l’état latent chez la personne, et qui ne se seraient pas manifestés sans lui… ou beaucoup plus tardivement.

Si la SEP a été déclenchée par le vaccin contre l’hépatite B, il faut antidoter le vaccin (même des années plus tard). Le plus simple pour cela, est d’utiliser l’homéopathie avec  :
* Vaccin hépatite B 9CH (si vous avez le nom commercial du vaccin utilisé, c’est encore mieux) : 3 granules le matin pendant 4 à 6 mois.
* et Vaccin hépatite B 15CH : 1 dose/15 jours pendant 4 mois puis 1 dose/mois.
Et aussi, afin d’éliminer les métaux contenus dans le vaccin, prendre Humifulvate (1 gel/j chez Smart city) pendant plusieurs mois avec du sélénium.

Dr Luc Bodin