La douleur et l’impotence prédominent dans le tableau d’une arthrose. Pour soulager la douleur, le repos, souvent allongé, sera la première chose à réaliser.  Il faudra limiter les mouvements au minimum et éviter le port de charge lourde.
 
Si cela est insuffisant, il faudra faire appel à des   antalgiques (antidouleurs de type paracétamol, voire plus forts en cas de douleur intense) associés à des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme le Voltarène, le Nifluril ou le Ketum. Cependant, le problème des AINS est qu’ils sont irritants pour les muqueuses digestives (risque d’ulcère d’estomac et de colite). La cortisone ne sera réservée qu’aux cas importants et sur de courtes périodes. Il est rare d’avoir besoin d’utiliser des anti-TNF alpha en cas d’arthrose. Ils sont plutôt réservés à la polyarthrite rhumatoïde.
 
Il est possible aussi d’utiliser la cortisone en injections intra-articulaires directes (infiltrations). Ces dernières seront effectuées obligatoirement par un médecin. Elles apporteront un soulagement des douleurs pouvant durer plusieurs mois. Mais elles ne traitent pas la cause. De plus, elles peuvent être dégénératives pour l’articulation (il est impératif de limiter leur nombre à 2 ou 3 pour une articulation). Il est mieux de leur préférer des injections intra-articulaires d’acide hyaluronique (Hyalgan) qui lubrifieront l’articulation et qui n’ont que très peu d’effets indésirables.

Fotolia_74798460_Subscription_XXL

Cependant, il me semble préférable de commencer par des plantes comme l’Harpagophytum (jusqu’à 2 grammes par jour) qui a montré à cette dose une efficacité comparable aux AINS sans en avoir les inconvénients. Le Cassis (Ribes Nigrum) est aussi intéressant. Il est utilisé en Teinture Mère (TM) à raison de 100 gouttes une à deux fois par jour. On pourra y associer éventuellement des pommades de Kétum ou de Voltarène (AINS) très efficaces et nettement moins nocives pour le tube digestif que la forme orale. Il faudra par contre, être prudent à la photosensibilisation avec ces pommades et ne pas s’exposer au soleil après les avoir appliquées. La pommade au Silicium organique G5 est aussi excellente et calme très rapidement les zones douloureuses (2 à 3 applications par jour).
 
Il est possible également de compléter ces traitements avec des oligoéléments (Granion) d’or, une ampoule le matin, qui a une action comparable à la cortisone (cortisol-like) et de (Granion) cuivre, une ampoule le soir, qui a une action anti-inflammatoire.

    Dr Luc Bodin