À côté des traitements de la crise : anti-inflammatoire, antalgique et autres, un traitement de fond de l’arthrose sera indiqué. Aucun traitement de fond ne sera efficace si la personne ne modère pas ses activités physiques, si elle n’évite pas le port de charges lourdes, si elle ne perd pas son surpoids et si elle ne se repose pas un minimum de temps dans la journée afin de permettre à ses articulations de se régénérer… C’est fondamental. Par contre, à côté de ces périodes de repos et de récupération, il faudra aussi effectuer une activité physique douce de type étirements et assouplissements plutôt que musculation. Ce sera d’abord dans le cadre de séances de kinésithérapie. Puis, le yoga, le taï-chi ou la gymnastique douce seront indiqués, de préférence avec un professeur bien au courant du problème articulaire.

Etude de la statique vertébrale

Ensuite une étude de la statique (positionnement) de l’ensemble du squelette devra impérativement être effectuée. Des séances ostéopathiques sont souvent nécessaires afin de remédier à certaines déformations, malpositions ou anomalies d’une région du squelette pouvant être à l’origine du mauvais placement de l’articulation arthrosique. Ces séances seront suivies par des séances de kinésithérapie, voire éventuellement du port de semelles orthopédiques ou de talonnette si besoin. Toutes ces mesures visent à soulager la pression sur l’articulation en souffrance, la reportant sur une surface plus grande ou sur plusieurs articulations. Ce point est absolument fondamental pour éviter la progression de l’arthrose.

 

Fotolia_78340554_Subscription_XXL

La kinésithérapie est fondamentale.

Il n’est pas possible d’envisager de traitement de l’arthrose sans avoir recours aux services d’un kinésithérapeute. Celui-ci expliquera les mouvements à faire et ceux à éviter dans la vie de tous les jours, afin d’éviter de faire souffrir l’articulation arthrosique. Les séances proprement dites viseront à soulager les douleurs, lever les contractures, s’opposer à la fonte musculaire  et conserver l’amplitude des mouvements de l’articulation. Enfin, et c’est essentiel, elles corrigeront les mauvaises postures qui sont souvent à l’origine de l’arthrose. Il sera ensuite conseillé de continuer les exercices indiqués chez soi pour poursuivre les bienfaits des séances.


L’élimination des toxines

Or, les toxines sont souvent responsables de la formation de l’arthrose. Aussi, une alimentation biologique garante d’une absence de polluants et riche en fruits et légumes (antioxydants), en légumes secs (lentilles, petits pois, haricots blancs), en poissons, en huile d’olive (oméga 6 et 3) et en céréales complètes est souhaitable. Les antioxydants sont intéressants pour lutter contre les radicaux libres qui agressent le cartilage. Bien souvent, un intestin irrité et une flore intestinale dégradée sont aussi à l’origine de l’entrée des toxines dans l’organisme. Il conviendra alors de s’orienter davantage dans un premier temps vers une alimentation de type Seignalet afin de permettre une récupération de l’intestin. Ce régime consistera surtout à éliminer tous les laitages et le gluten (contenus dans certaines céréales) qui sont très irritants pour le tube digestif ; et de consommer de préférence des aliments crus ou cuits à l’eau (ou à la vapeur). Il est possible de trouver maintenant dans de nombreux magasins et dans les grandes surfaces des aliments sans gluten. Parallèlement à cette alimentation, il faudra prendre des probiotiques pour régénérer la flore intestinale et de l’argile verte (un verre au coucher) afin de reconstituer la muqueuse intestinale.
Après quelques mois de ce régime, une reprise progressive d’une alimentation normale, plutôt  de type méditerranéen sera conseillée. D’ailleurs une étude a démontré ses bienfaits sur l’inflammation des articulations dès la sixième semaine de suivi de cette alimentation.

Stimuler les cartilages

Une fois ces éléments établis, il sera impératif de stimuler les cartilages afin de leur rendre leur souplesse ainsi que leur caractère lisse. Par contre, aucun traitement ne pourra leurs redonner leur épaisseur perdue. Les traitements conventionnels sont à base de chondroïtine sulfate  (Chondrosulf, Structum) ou de diacéréine (Art 50, Zondar). À signaler que ces derniers (diacéréine) ont souvent une mauvaise tolérance digestive, principalement intestinale. Les traitements naturels pour stimuler les cartilages sont essentiellement basés sur la glucosamine et aussi la chondroïtine qui sont deux constituants du cartilage. Les cartilages de requin ou de raie seraient excellents pour cela. Mais personnellement, j’ai toujours obtenu d’excellents résultats avec le Chondrosulf 400 à raison de 3 gélules par jour pendant plusieurs mois. Il est bien toléré et très efficace. Il existe aussi un nouveau traitement très prometteur le Génacol qui vient stimuler le collagène (contenu dans les cartilages) de manière très efficace.


Le silicium organique

 Un remède incontournable dans l’arthrose est le Silicium Organique G5 qui sera utilisé par voie orale à raison de 1 cuillère à soupe avant les 3 repas et/ou en gel à appliquer deux fois par jour directement sur l’articulation douloureuse. Le silicium permet de régénérer les tissus et de temporiser l’action délétère de l’interleukine 1. Ce remède est capable de faire des miracles dans une arthrose.

Les oligoéléments

Les oligoéléments seront d’une aide précieuse en traitement préventif. Il faudra d’abord penser au cuivre qui a une action anti-inflammatoire, mais aussi une action sur le cartilage (via la lysine oxydase une enzyme qui améliore le statut en élastine et collagène). Le sélénium est souvent déficitaire dans l’arthrose. Il faudra donc le recharger. C’est aussi un excellent antioxydant. Le soufre stimulera les cartilages. Et enfin, le zinc qui est antioxydant, favorisera le renouvellement (régénérescence) cellulaire. Ainsi, en traitement de fond, on pourra prendre par exemple : Granion* cuivre, sélénium et zinc, 1 ampoule le matin en alternant les trois produits.
 

Les autres nutriments utiles

 Les cartilages comme les os sont dépendants des hormones sexuelles. C’est pourquoi des plantes riches en isoflavones comme le soja ou en lignanes comme les lentilles ou les céréales complètes apportent un statut hormonal minimum qui protégera en partie de la dégradation des articulations et de la décalcification.

 Le calcium (amandes, noisettes, raisins secs, légumes secs, épinards…) et la vitamine D (huile de foie de morue et exposition au soleil) en re-minéralisant les os, amélioreront aussi la situation articulaire.
 
Un manque de vitamines B aggrave souvent les douleurs articulaires. On les retrouve dans les légumines secs et surtout la levure de bière.
 
 Les radicaux libres sont des substances toxiques qui s’attaquent aux articulations. Les antioxydants neutralisent les radicaux libres. On en retrouve dans les fruits et les crudités, comme nous l’avons vu. Le zinc, le sélénium et le silicium sont aussi d’excellents antioxydants. On peut y ajouter de petites doses de glutathion (par cures d’un mois tous les trois mois par exemple) parce qu’il permet également la détoxification de l’organisme des polluants absorbés. On a noté également que les patients atteints de pathologies rhumatismales présentaient généralement un déficit en glutathion.
 
Les oméga 3 et 6 sont aussi très importants parce qu’ils sont source de (bonnes) prostaglandines qui luttent contre l’inflammation et favorisent la régénération des tissus lésés. On les retrouve dans les huiles d’olive, de noix et de colza ainsi que les huiles de poisson. Une supplémentation peut être utile au début du traitement, pendant les deux ou trois premiers mois pour remonter le statut de ces graisses notamment les oméga 3 dans l’organisme. Car elles sont très souvent déficitaires.

Localement

IL existe de nombreux produits très variés :
 – Les pommades et gels d’AINS qui sont très efficaces sur la douleur et l’inflammation.
 – Le gel de Silicium organique G5 agit souvent en quelques minutes.
 – Les cataplasmes d’argile verte qui aspireront le « mal », c’est-à-dire l’inflammation et relanceront la réparation de l’articulation.
 – Les cataplasmes d’Alumine sont aussi remarquables : 1 cataplasme le soir au coucher à garder toute la nuit. Le seul inconvénient est qu’il contient de l’aluminium.
 – Les cataplasmes à la moutarde peuvent aussi être indiqués lorsque la douleur est améliorée par la chaleur.


Et la chirurgie ?

Un geste chirurgical simple consiste à faire un nettoyage de l’intérieur d’une articulation afin d’en enlever les débris de cartilage ou de ménisques (genou) qui s’y promènent tels des grains de sable aggravant encore sa détérioration.
 
 Quelquefois, des gestes chirurgicaux visant à replacer une articulation dans sa position idéale permettent d’enrayer une évolution vers une arthrose irréversible et la prothèse.
 
 Enfin, dans les cas très évolués, lorsque le cartilage est totalement détruit, il ne sert à rien d’attendre et de souffrir. Car aucun traitement ne sera plus efficace. De plus, les autres articulations commenceront à souffrir du travail qu’elles doivent effectuer pour suppléer à l’articulation arthrosique bloquée. Et elles commenceront à leur tour à se détériorer. Il faudra alors s’orienter vers une intervention chirurgicale qui consistera généralement en une pose de prothèse notamment au niveau des hanches et des genoux.

Dr Luc Bodin