Le syndrome de la queue de cheval est une maladie rare due à une compression des nerfs situés dans le bas de la colonne vertébrale. Il se caractérise par des douleurs lombaires, des troubles urinaires, génitaux et cutanés.

La moelle épinière se situe dans la colonne vertébrale. Elle se termine au niveau de la 1ère vertèbre lombaire. Puis aux étages inférieurs, il ne reste plus que des nerfs qui sortent de la colonne vertébrale au niveau de la région lombaire inférieure et sacrée.

Fotolia_72716446_Subscription_XXL

Le syndrome de la queue de cheval consiste en une atteinte de ces nerfs. La compression intéressera soit la totalité soit une partie de ces racines nerveuses. Et selon l’étendue et la rapidité de la compression, divers symptômes peuvent se développer :
–    des douleurs lombaires,
–    une paralysie des deux membres inférieurs,
–    des troubles de la sensibilité des deux membres inférieurs remontant jusqu’au périnée (zone des organes génitaux) et aux fesses,
–    des troubles des sphincters, urinaire et anal, induisant incontinence d’abord puis rétention ensuite.
–    des troubles génitaux : impuissance, perte de l’éjaculation, anesthésie des organes génitaux chez la femme et frigidité.
–    des troubles cutanés de type escarres viennent ensuite compliquer le tableau.

Les causes du syndrome de la queue de cheval, sont très variables. Cela peut être des tumeurs, des malformations artério-veineuses, des lésions osseuses (canal lombaire étroit) ou des hernies discales lombaires.


Le traitement dépendra de la cause. Il vise à lever la compression sur les nerfs le plus rapidement possible pour éviter la survenue des troubles. Une intervention chirurgicale en urgence est généralement la solution, avec éventuellement une radiothérapie en cas de tumeur.

Dr Luc Bodin