.

Les problèmes lombaires ont deux origines principales :

1- Les mauvais positionnements de la colonne vertébrale comme une scoliose (même minime), une bascule du bassin, un défaut ou une exagération de la cambrure lombaire… qui peuvent provenir :
o    soit de naissance : scoliose, jambe plus courte… mais leur origine peut aussi venir de plus loin : pied plat, pied creux, problème dentaire ou encore SADAM (problème de l’articulation de la mâchoire) induisant à la longue, une chaîne de contractures tout au long de la colonne vertébrale.
o    soit secondaires à un traumatisme : fractures vertébrales, tassement, hernie vertébrale opérée… mais l’origine du problème peut aussi être à distance : entorse mal soignée, fracture de jambe mal positionnée, prothèse de hanche ou de genou… À signaler aussi qu’une ostéoporose importante peut être cause de tassements vertébraux spontanés responsables de lombalgies chroniques…

Fotolia_71097798_Subscription_XXL

2- Les déficits musculaires. Cela peut être bien sûr une maladie musculaire : hyperlaxité, myosite… mais sans aller si loin, la sédentarité, l’absence d’exercice et de sport entraînera une fonte des muscles para-vertébraux et abdominaux. Ceux-ci n’étant plus assez toniques, les déplacements vertébraux seront alors beaucoup plus aisés…

Mais il existe aussi des éléments aggravants :
•    L’arthrose peut induire des excroissances osseuses responsables de douleurs et de sciatiques. Elle vient aggraver les mécanismes préalablement décrits.
•    Les excès de poids sont aussi responsables d’écrasement des disques et des vertèbres, d’autant que les vertèbres lombaires soutiennent toute la charpente du corps.
•    La grossesse peut induire aussi ce genre de problème par la prise de poids d’une part et l’exagération de la cambrure lombaire d’autre part.

À côté de ces causes, il y a généralement un facteur déclenchant :

1. Il provient des mauvaises attitudes prises dans la vie courante : fauteuil trop mou, lit trop mou ou trop dur, fauteuil de bureau inadapté à la constitution de la personne, outils ou appareils à manche trop court (balais, râteau, aspirateur…) ou  plans de travail trop bas (évier, bureau, atelier…) obligeant la personne de travailler courber… Sans parler des mauvaises positions prises pour soulever des charges, les travaux trop durs pour les constitutions, les travaux physiques répétés, les longs trajets en voiture ou en camion… Il est possible aussi d’incriminer le port des talons hauts qui génère une cambrure lombaire exagérée… Tout cela additionné, va solliciter trop fortement la colonne vertébrale… généralement dans de mauvaises positions… Arrivé à ce point deux situations :
* Soit une douleur va commencer à apparaître progressivement et va devenir de plus en plus invalidante.
* Soit à l’occasion d’un effort (port de poids, trajet en voiture, chute) même minime, le lumbago va se déclencher… Ce dernier effort sera la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
 
2. Cela peut aussi être un traumatisme violent : chute, sport, accident… Les capacités de résistance des muscles paravertébraux ont alors été dépassées et le lumbago survient. Mais s’il n’existe pas de malposition de la colonne vertébrale préexistante et si les muscles sont bien toniques, le problème s’arrangera en quelques jours… autrement, ce sera beaucoup plus long…

Il faut savoir qu’il existe d’autres causes de lombalgies et de sciatiques que les problèmes de vertèbres lombaires. Elles sont cependant très rares. Ce sont les complications d’un diabète évolué, les troubles des nerfs, les cancers, les infections ou les inflammations aiguës (rhumatismes, spondylarthrite).
 
En cas de sciatique il sera important d’éliminer les autres causes de compression de nerf : arthrose, problèmes veineux, tumeurs, cancers, kystes, glissement de vertèbre (listhésis)…
 
Enfin il faut se rappeler que des pathologies dorsales basses (vers la 10e dorsale) peuvent quelquefois donner des symptômes très proches des lombalgies…

Dr Luc Bodin