Notre système immunitaire est chargé de nous défendre contre les agressions extérieures : bactéries, cellules anormales, toxiques… Il est ainsi capable de faire la distinction entre le « soi » et le « non-soi ». Il s’agit d’une machinerie admirable qui agit généralement avec beaucoup d’efficience.

Cependant quelquefois, il lui arrive de se tromper (ou d’être trompé) et il se met à diriger des anticorps contre des organes ou des tissus appartenant à l’organisme lui-même. Cela peut être par exemple, contre la peau, ce qui donnera une sclérodermie, ou contre la synoviale ce qui produira une polyarthrite rhumatoïde, etc. On parle alors d’auto-anticorps.

Fotolia_77895837_Subscription_XXL

Ces auto-anticorps viennent agresser et dégrader le tissu visé. Ils entraîneront de graves lésions de l’organe ou/et une malfonction de l’organisme. Ce phénomène induit un ensemble de troubles qui sont réunis sous la dénomination générale de maladies auto-immunes (MAI).

Ces MAI sont des maladies chroniques qui doivent souvent être traitées à vie… Elles sont fréquentes. Elles représentent même la troisième cause de maladies après les maladies cardiovasculaires et les cancers. Elles surviennent généralement chez des personnes jeunes, néanmoins leur fréquence augmente nettement avec l’âge.

Dr Luc Bodin