Les incrétines encore appelés inhibiteurs de DPP-4 constituent une nouvelle classe de traitement antidiabétique qui permettent de retarder la mise sous insuline.

Une nouvelle classe d’antidiabétique est née : les incrétino-mimétiques dont Byetta (exénatide) est le premier à être commercialisé. Ce remède permettra d’équilibrer les 35 à 40  % des diabétiques de type 2, chez qui les traitements oraux même donnés à doses maximales ne sont pas suffisants. Il permettra également de retarder le passage à l’insuline qui est toujours une étape durement vécue par la personne.

Byetta reproduit les actions de l’incrétine qui est une hormone naturelle produite par l’intestin et qui est libérée dans le sang au moment des repas pour stimuler la sécrétion d’insuline. Byetta régule donc la glycémie (sucre dans le sang) en agissant directement sur les organes clés de l’équilibre glycémique. Cela est aussi constaté par une baisse de l’HbA1c (hémoglobine glyquée) qui est un examen évaluant l’équilibre du traitement antidiabétique.

Les effets indésirables de ce nouveau traitement sont essentiellement digestifs (nausées, vomissements et diarrhées).

Fotolia_62322331_Subscription_XL

Byetta reproduit les actions de l’incrétine qui est une hormone naturelle produite par l’intestin et qui est libérée dans le sang au moment des repas pour stimuler la sécrétion d’insuline. Byetta régule donc la glycémie (sucre dans le sang) en agissant directement sur les organes clés de l’équilibre glycémique. Cela est aussi constaté par une baisse de l’HbA1c (hémoglobine glyquée) qui est un examen évaluant l’équilibre du traitement antidiabétique.

Les effets indésirables de ce nouveau traitement sont essentiellement digestifs (nausées, vomissements et diarrhées).

Byetta se présente sous forme de stylo prérempli qui s’administre en 2 injections par jour. La dose, fixe pour chaque patient, n’a pas à être ajustée en fonction des repas, de l’activité physique ou des résultats de contrôle glycémique. Il doit être pris en complément des antidiabètiques oraux lorsqu’un équilibre de la glycémie n’a pas pu être obtenu. 

Dr Luc Bodin – Copyright Médecine-demain
Mai 2009