Docteur Luc BODIN

De nombreuses épidémies de gastro-entérites clouent au lit un grand nombre de nos concitoyens durant l’hiver ou lors de voyages à l’étranger. Mais cette notion a changé, ces dernières années. Car maintenant, il existe des mini-épidémies de gastro-entérites, de manière permanente en France. Elles touchent toutes les régions les unes après les autres. Par exemple, la fréquence des diarrhées aigues se situe souvent autour de 130 cas pour 100.000 habitants, ce qui est en dessous du seuil épidémique théorique qui est de 208 cas pour 100.000… Cependant, ce nombre de 130 n’est pas négligeable… surtout si on le compare au seuil épidémique des grippe est 113 cas, soit bien en-dessous des 131 cas de diarrhée aigue qui sévissent régulièrement…

 Fotolia_73664475_Subscription_XXL

Quoiqu’il en soit, la situation présente est qu’il y a en permanence en France des foyers de gastro-entérites. Les causes en sont multiples : virus, bactérie, champignon, mauvaise alimentation, mauvaise conservation des aliments, stress, repas rapide, hygiène… Or, nous savons que ces gastro-entérites persistantes, chroniques ou récidivantes aggravent les maladies inflammatoire chroniques de l’intestin (MICI). Une étude récente vient de démontrer qu’elles peuvent aussi en être la cause… Le risque augmenterait de 40% après un épisode de gastro-entérite. Il intéresserait davantage les maladies de Crohn que les Recto-Colites Hémorragiques (RCH). Les MICI sont des maladies intestinales chroniques qui perdurent des années, voire toute sa vie et qui se traduisent par des douleurs abdominales, des troubles du transit et de l’absorption, des ballonnements… Elles sont extrêmement désagréables et longues à soigner : régime d’éviction des laitages et du gluten, prise d’argile le soir et de probiotiques le matin constituent le traitement de base. Dans certains cas, il est nécessaire de recourir à des traitements plus lourds : antalgique, antispasmodique, anti-diarrhéique, corticoïde, anti TNF α, etc…

Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Car les MICI se caractérisent par une destruction de la flore intestinale, ce qui entraîne une chute de l’immunité et d’une hyperperméabilité de l’intestin grêle. Cette dernière permettra l’entrée dans l’organisme de toxiques, de métaux et autres polluants.

Baisse de l’immunité d’un côte, augmentation des polluants, tout est réuni pour générer les maladies comme l’arthrose et les rhumatismes, les allergies, les cancers, les maladies cardiovasculaires, les insuffisances rénales, les maladies neuro-dégénératives, les maladies auto-immunes, etc, etc.

Ainsi, vous pouvez vous rendre compte combien une gastro-entérite traînante peut avoir de conséquences sur la santé sur le moyen et long terme… Donc, avant d’en arriver à cette extrémité, il convient d’agir à trois niveaux : – Avant la gastro-entérite : soigner son alimentation, la cuisson, la conservation des aliments, le lavage de la vaisselle… Penser aussi à se laver les mains avant de manger…- Lors d’une gastro-entérite, ne pas la négliger et la soigner efficacement en suivant les conseils thérapeutiques de son médecin (antidiarrhéique, désinfectants…)- Après une gastro-entérite, refaire sa flore intestinale (yaourt fermenté, miso, probiotiques…) et prendre de l’argile verte le soir s’il y a irritation intestinale fin de reconstituer l’intestin et éviter l’évolution vers la MICI. Car les MICI semblent être une des principales causes de nos maladies modernes. Il convient donc de tout faire pour empêcher qu’elles ne surviennent pas.

 Dr Luc Bodin