Le diabète de type 2 ou diabète non-insulino dépendant (DNID) est une maladie de plus en plus fréquente dans nos pays développés. Les conséquences de cette pathologie sont graves, ce qui justifie le dépistage systèmatique du diabète afin d’instaurer un régime et un traitement afin d’équilibrer la glycémie et l’hémoglobine glyquée HbA1c.

Il y aurait 2,4 millions diabétiques en France et 134 millions dans le monde. Il atteint surtout les personnes à partir de la cinquantaine. Il se distingue du diabète de type 1 qui est insulino-dépendant et touche les jeunes enfants.

Le DNID se caractérise par un taux de sucre dans le sang (glycémie) augmenté et supérieur à 1,26 gr/l à jeun sur deux prises de sang. Ce taux doit d’ailleurs être revu à la baisse dans les prochaines années. Le diabète de type 2 est une maladie héréditaire, mais le mode de vie (poids, sucres rapides et sédentarité surtout) va influer sur l’âge d’entrée dans la maladie ainsi que sur sa gravité. Une fois installé, le diabète est une maladie chronique qui nécessitera un régime alimentaire et un traitement quotidien (anti-diabétique d’abord puis insuline ensuite) pendant toute sa vie. La maladie continuera d’évoluer plus ou moins vite selon l’adhérence de la personne à son régime et à son traitement. Les complications principales du diabète se situent au niveau du cœur et des vaisseaux (artérite), des yeux (perte de la vue) et des pieds (neuropathie) principalement. C’est pourquoi la prévention de la maladie est essentielle. Car même si elle ne peut pas empêcher l’apparition du diabète, elle pourra tout au moins la retarder de plusieurs années et la minimiser. 

food sucre 3

La perte de poids est indispensable

     La perte de poids est un élément essentiel dans la prévention du diabète de type 2. Un régime alimentaire visant une perte de surpoids de 3 à 6 kg (de la masse grasse) permet une baisse de la glycémie. Du coup, cette perte de poids permettra de retarder l’entrée dans la maladie d’une dizaine années ce qui est très intéressant à prendre… Quelques règles simples aideront ce régime :
 1.    Manger lentement en profitant du goût des aliments.
 2.    Diminuer tous les alcools.
 3.    Diminuer les sucres rapides : sucre, bonbons, gâteau, pâtisseries, chocolat, boissons sucrées… Les sucres rapides ont tendance à induire des pics de sécrétion d’insuline ce qui entraîne à la longue un épuisement du pancréas, conduisant au diabète…
 4.    Préférer les sucres à index glycémique bas comme les pâtes, le riz, les lentilles, les légumes verts, le maïs, le pain aux céréales, le raisin, les abricots secs, le chocolat noir (sans sucre), les carottes… Il n’est pas question de supprimer les glucides, ce qui serait une erreur. Il faut que le bol alimentaire continue de contenir 40 à 55% de sucres. Mais il convient de prendre les bons sucres.
 5.    Faire trois repas par jour (ne jamais sauter de repas).
 6.    Pas de grignotage entre les repas.
 7.    Diminuer les graisses saturées (graisses animales, fritures, charcuteries, plats cuisinés, viennoiseries) et préférer les bonnes graisses : huiles d’olive, de colza, de noix, de poissons…
         8.    Eviter l’aspartame qui est un produit neurotoxique et probablement cancérogène. De plus, il trompe l’organisme qui risque de ne plus reconnaître le vrai sucre. Enfin, il est préférable de se débarrasser du goût sucré plutôt que de vouloir le perdurer avec du faux sucre…
Une fois l’objectif du poids atteint il faudra continuer à faire attention à son alimentation et à faire régulièrement de l’exercice afin de le stabiliser.

femme sport

L’exercice physique est incontournable
Ce régime alimentaire doit obligatoirement s’accompagner d’une activité physique régulière et cela pour plusieurs raisons :
1.    D’abord parce que nous savons que la sédentarité augmente le risque de diabète de type 2.

 2.    Parce que l’exercice physique régulier a des effets favorables sur le métabolisme du sucre (glucose) et en plus, il diminue la résistance des tissus à l’insuline.
   3.    Enfin, il permet de limiter la perte de masse maigre (os et muscle) associée à la perte de poids.
Il est ainsi recommandé d’effectuer trente minutes d’exercice, 4 à 5 fois par semaine, comme par exemple une marche rapide. Il faudra penser aussi à prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur, à aller à pied faire ses courses…

Des remèdes naturels complèteront cette prévention
    Enfin pour stimuler la sécrétion d’insuline, voici quelques petits remèdes (au choix) :
–    Pancréine 4CH : 3 gr avant les repas du midi et du soir.
–    Oligosol Zinc et Zinc-nickel-cobalt : 1 ampoule le matin à jeun en alternant les deux produits.
–    Consommer fréquemment de l’ail et de l’oignon lors de vos repas.
–    La vitamine D et probablement aussi les vitamines B.
–    Oléa Europea Bourgeons macérat glycérinés 1D : 50 gouttes matin et soir.

Le diabète est donc une maladie chronique et grave par ses conséquences sur la santé. Ce risque est encore majoré lorsque le DNID s’accompagne de tabagisme, de sédentarité, de surpoids, d’augmentation du cholestérol ou des triglycérides et/ou d’hypertension artérielle.

Dr Luc Bodin