.

Les nausées et les vomissements sont des troubles très fréquents lors des chimiothérapies. Les mécanismes de ces troubles sont multiples : • par stimulation des centres nerveux supérieurs par l’anxiété, l’angoisse, • par élévation de la pression intracrânienne fréquente lors de certains traitements (opiacés, radiothérapie cérébrale) • par stimulation directe de la zone des vomissement : la Trigger Zone située dans le bulbe rachidien (haut de moelle épinière). • par stimulation du système parasympathique par l’irritation du tube digestif, du foie, la toux… • à cause de la constipation rebelle.

De petites mesures peuvent déjà améliorer les nausées des chimiothérapies : – dans les transports en commun, dans les salles de cinéma, s’asseoir près de la sortie pour éviter toute anxiété en rapport avec la survenue possible d’un vomissement. – certaines personnes sont soulagées avec des boissons gazeuses. – essayer les boissons froides ou glacées. Sucer des glaçons d’eau ou de boissons que vous aurez congelées dans le bac à glace. Sucez des sucettes glacées, des glaces et sorbets. – fractionner les repas, – choisir des aliments ayant peu d’arômes et d’odeur. – éviter de boire de grande quantité de liquide en mangeant, ou en une seule fois. – cependant il faut boire un litre et demi d’eau par jour pour éviter la déshydratation. Cela évite aussi les problèmes de constipation, des reins et de la vessie. – éviter les odeurs fortes (poissons, fritures…), les odeurs de cuisine, les odeurs de toilettes, les odeurs corporelles, les parfums, les lieux enfumés, les odeurs de tabac, etc. – éviter les repas gras (charcuterie, graisses cuites, laitages), les aliments acides (vinaigrettes, moutarde, épices, fruits acides…), les aliments trop sucrés. – rechercher les aliments qui vous laissent une saveur agréable dans la bouche : eau citronnée ou mentholée, jus de fruits, jus de légumes, boissons gazeuses, limonades… – en cas de vomissements, se rincer la bouche avec de l’eau (plate ou à bulles selon les envies) dans laquelle on a ajouté un peu de jus de citron. – prendre l’air, faire des petites promenades en respirant à fond.

Fotolia_74489352_Subscription_XXL

Les traitements allopathiques contre les nausées sont de trois sortes de traitements possibles (bientôt quatre) : • Les Setrons (antagoniste de la sérotonine antagoniste des récepteurs 5-HT3) : Ondansétron (Zophren*, Navoban*, Anzemet*, Kytril*)… sous formes injectables, orales (2cp de 8mg/j) ou suppositoires (1 suppo de 16mg le soir). Ils sont fréquemment incorporés à la perfusion de chimiothérapie. • Les Neuroletiques : le métoclopramide (Primpéran*), Métopimazine (Vogaléne*), Dompéridone (Péridys* et Motilium*). • Les Corticoïdes, en particulier la déxaméthasone sont très efficaces, même si leur mécanisme n’est pas expliqué. • L’anti NK1 (Aprépitant*)… à suivre ! Un protocole thérapeutique est proposé en cas de chimiothérapie : 1.Avant la chimiothérapie: prendre l’association de : Setron + Déxaméthasone + Sédatif. 2.Suivre la chimiothérapie. 3.Après la chimiothérapie, prendre : Neuroleptique (Primpéran*) + Déxaméthasone. → Si échec, on donnera un Sétron. Un traitement homéopathique, la Cocculine* a prouvé son efficacité dans les nausées liées à la chimiothérapie. La posologie est 2 comprimés à sucer avant les repas et 2 cp si nausées (autant que besoin).

Fotolia_50952019_Subscription_XXL

Les huiles essentielles : Menthe Poivrée HE avec Citron jaune HE à prendre par oral à raison de 1 à 2 gttes/j et à inhaler réguliérement sur un mouchoir. Les plantes sont d’un apport souvent considérable. Ce sont : – Desmodium, une plante africaine protégeant très efficacement le foie. Elle est à prendre en infusions. – Artichaut (Chophytol*) : 1 à 2 cp avant les repas. – Fumeterre (Oddibil*) et Tilleul (Vibtil*) pour les spasmes des voies biliaires : 1 à 2 cp avant les repas.

Dr Luc Bodin