Les cancers sont une maladie de plus en plus fréquente. En France, le nombre de cas de cancers découverts est passé de 170 000 cas en 1980 à 278 000 en 2000 , soit une augmentation de 63 %. 

 De même, le nombre de décès par cancer ne cesse de progresser en France:     - 110.000 décès en 1970,
     - 140.000 décès en 1990,
     - 15.000 décès en 2000.
maladie - cancer - courbe mortalité
En France :
 Environ 800 000 personnes sont atteintes actuellement du cancer.
 Plus 2 millions ont déjà été atteints par un cancer.
278 000 nouveaux cas chaque année.
150 000 morts par an  (30% des décès)
(impact médecin hebdo n°479 du 11 février 2000)
Au delà de ces chiffres affligeants, ce qui est intéressant à retenir, est que l’incidence (la fréquence) des cancers (tous confondus) a augmenté de 60% entre 1980 et 2000, alors que la mortalité par cancer n’a augmenté « que » de 20%. 
Cependant, en 2004, pour la première fois, le cancer est devenu la première cause de mortalité en France, devant les maladies cardiovasculaires. Il représente 30% de l’ensemble des décès. Mais malgré ce chiffre alarmant, il y a aujourd’hui : 
 •    Un cancer sur deux qui est guéri chez l’adulte, contre un sur trois il y a  seulement une quinzaine d’années. 
 •    Trois cancers sur 4 qui sont guéris aujourd‘hui chez les enfants.
 Fotolia_75454042_Subscription_XXL
 Cette amélioration du nombre et du pourcentage des guérisons s’explique essentiellement par le diagnostic plus précoce des cancers (grâce aux dépistages systématiques). 
 
 Ainsi dans le journal Le Généraliste du 07 décembre 2001, expliquait à propos du cancer du sein, que :
 -    La taille moyenne des tumeurs au moment du diagnostic est passée de plus de 4 cm en 1960 à 2.5 cm en 2001.
 -    La proportion des tumeurs de moins de 1 cm est passée, pendant cette même période de 1% à 20%.
 -    La proportion de cancer sans envahissement ganglionnaire local est passée de 0.1% à 11.1%
maladie - cancer - evolution cancer metastasesCes chiffres montrent bien, que le diagnostic de cancer du sein est effectué alors que le cancer n’est qu’à un stade débutant, ce qui est magnifique, car en cas de cancer mammaire, plus le diagnostic est précoce, plus le pronostic est favorable. Ainsi, malgré l’augmentation très importante du nombre des cancers du sein (60% en 20 ans), le nombre de décès est resté stable aux environs de 10.000 décès par an. Ces décès correspondent surtout aux cas les plus avancés, dont le pronostic n’a malheureusement guère changé en 20 ans. 

 Mais si un cancer sur deux guérit chez l’adulte, le taux de guérison est extrêmement variable d’un cancer à un autre. Ainsi le taux de survie à 5 ans est inférieur à 10% pour les cancers du pancréas et du foie. Il est par contre, supérieur à 90% pour les cancers des lèvres et des testicules. Pour la revue Lancet Oncology, il reste inférieur à 13% dans le cancer du poumon, il est de 76% pour le cancer de la prostate, 79% pour le cancer du sein  et 54% dans le cancer colorectal.

Docteur Luc BODIN