.

Certains gènes peuvent favoriser la survenue de la maladie d’Alzheimer. Cependant, il faut distinguer deux situations très différentes :

Les formes familiales :

Ce sont des formes rares. Elles ne représentent que 9 % des cas de maladie d’Alzheimer. Cependant, le gène étant (autosomique) dominant, lorsque l’on en est porteur de ce gène, le risque d’être atteint un jour par cette maladie est important, mais pas obligatoire. Le gène responsable est le gène APP codant le précurseur de la protéine amyloïde. Il est situé sur le chromosome 21 qui conduit à la formation des plaques amyloïdes. Une des principales caractéristiques des formes familiales est de survenir à un âge précoce, souvent avant 50 ans.

Fotolia_71580014_Subscription_XL

Les formes sporadiques :

Ce sont des situations extrêmement fréquentes. Le gène responsable est le gène apo-lipoprotéique E situé sur le chromosome 19. Or les apo-liprotéines sont également impliquées dans les processus du cholestérol qui est un facteur de risque de la maladie d’Alzheimer. Ce gène est donc fréquent, mais il ne suffit pas à lui seul à provoquer la maladie. Sa présence augmente discrètement le risque de maladie d’Alzheimer.

Docteur Luc BODIN